Top 5 des restaurants romantiques à Paris pour la Saint Valentin

Considérée comme la fête des amoureux dans de nombreux pays comme la France, la Saint Valentin est le moment idéal pour dévoiler ses sentiments. Vous ne savez pas encore quel sera le programme de votre soirée avec l’élu(e) de votre cœur ? Trouvez le restaurant parfait pour un dîner romantique. Pour déclarer votre flamme ou partager un moment inoubliable à deux, nous vous proposons une sélection de 5 restaurants romantiques à Paris pour fêter la Saint Valentin.

Une Saint Valentin royale au restaurant Ore - Ducasse au château de Versailles

A l’occasion de la Saint Valentin, le 14 février prochain, venez vivre une expérience inédite en poussant les portes du célèbre château royal de Versailles. Dans le cadre intimiste du Pavillon Dufour, attablez-vous pour un moment unique et exceptionnel. La porcelaine de Marie-Antoinette rééditée en exclusivité, les tenues du personnel et le service à la française rappellent les dîners du roi.

Le Chef Stéphane Duchiron vous prépare des plats de saison aux notes végétales : chanvre, légumes de saison et truffe, bar de ligne aux asperges vertes, sucs de cuisson au vin jaune, fraises des bois au naturel et yuzu. Gérard Margeon, Chef sommelier, vous propose d’accompagner votre menu avec l’un des vins de sa sélection.

Comptez 350€ par personne pour un menu hors boissons et 500€ par personne pour un accord mets et vins.

Adresse : Château de Versailles, Pavillon Dufour 1er étage – Place d’Armes – 78000 Versailles

Célébrez l’amour en musique au Lido

Etablissement mythique des Champs Elysées, le Lido de Paris anime depuis 1946 les nuits parisiennes. Le Lido de Paris vous promet un moment exceptionnel pour la Saint Valentin. Commencez votre soirée avec une coupe de champagne avant d’inviter votre dulciné(e) à danser au son de l’orchestre live. Regagnez ensuite votre table pour déguster un repas gastronomique spécialement conçu pour le 14 février.

Velouté de crustacés, légumes colorés et gambas marinées, pièce de veau au gingembre confit, pommes Anna et champignons, chou pomme d’amour signé de la maison Lenôtre… éveillez vos papilles. Durant le repas, la célèbre et sensuelle revue Paris Merveilles vous assure un spectacle extraordinaire. Conçu et mis en scène par Franco Dragone, le spectacle est inspiré par la magie de Paris et allie à la perfection l’essence des revues du Lido avec une audace renversante.

Réservez votre soirée spectacle pour 215€ par personne.

Adresse : 116 bis Avenue des Champs Elysées – 75008 Paris

Source : https://www.lido.fr/fr/soiree-saint-valentin

Embarquement immédiat pour la Marina de Paris

Montez à bord d’un restaurant péniche pour une escapade romantique. Durant 1h15 de croisière, découvrez les monuments de Paris qui se dévoilent au fil de l’eau. De la cathédrale Notre-Dame à la Tour Eiffel en passant par le pont des Arts ou encore le musée du Louvre, admirez la vue imprenable depuis la Seine.

Pendant que les paysages merveilleux défilent, les plats circulent dans une ambiance tamisée et sont rythmés par une musique Soul interprétée en live. Le Chef vous réserve une cuisine à la fois innovante, gourmande et élégante dans le respect des traditions françaises : noix de Saint Jacques poêlée, crème d’artichaut et crumble citron, suprême de volaille, risotto crémeux aux asperges vertes et jus au thym et pour finir cœur chocolat à partager.

Le menu est proposé à partir de 84€ par personne.

Adresse : Embarquement à 18h15 au Port de Solferino, au pied du musée d’Orsay.

Une soirée au sommet au restaurant Le Georges

Installé dans le 4ème arrondissement de Paris sur le rooftop du Centre Georges Pompidou, le restaurant Le Georges vous accueille dans un lieu atypique sous le ciel parisien. Profitez d’une vue incroyable sur Paris et ses monuments emblématiques come la Tour Eiffel, Notre-Dame ou encore le Sacré Cœur. A l’intérieur, appréciez le décor tendance et futuriste.

En cuisine, on retrouve le style et les saveurs des restaurants Costes : une cuisine inventive travaillée à partir de produits de choix et à la présentation épurée. A l’occasion de la Saint Valentin, le restaurant propose un menu spécial comprenant une coupe de champagne, une entrée, un plat et un dessert.

Découvrez ce menu unique au prix de 100€ par personne.

Adresse : Palais Beaubourg, Place Georges Pompidou – 75004 Paris

Source : https://restaurantgeorgesparis.com/fr/

Un voyage inattendu au restaurant Le bonheur de Chine

Recommandé par le guide Michelin et le guide Gault Millau, le restaurant gastronomique Le Bonheur de Chine met à l’honneur les richesses de la gastronomie de l’Empire du Milieu. Installez-vous dans le cadre élégant, raffiné et authentique du restaurant. A quelques kilomètres de Paris seulement, cette adresse saura faire voyager tous vos sens.

Pour la Saint Valentin, l’établissement vous propose trois menus entrée-plat-dessert : Poulet croustillant à la sauce piquante, filet de bœuf sauté au poivre noir ou homard aux senteurs impériales… faites votre choix. Chaque plat est accompagné de riz cantonnais ou de nouilles chinoises sautées. Le restaurant vous propose également une sélection de desserts au choix : parfait palet caramel, nougat glacé, ananas frais ou pomme en beignet, faites-vous plaisir !

Vous avez le choix entre trois menus à 45€, 55€ et 65€.

Adresse : 2 all Aristide Maillol - 92500 Rueil Malmaison

Réservez votre table pour une soirée de Saint Valentin exceptionnelle sous le signe de la passion dans l’un des restaurants insolites de la sélection Cariboo !

Profitez d’un dîner gourmand et généreux dans un cadre atypique. Que vous préfériez vous installer à la table du roi dans une ambiance chic, profiter d’un spectacle magique, déguster un repas sur l’eau, surplomber Paris ou faire voyager vos sens, à vous de choisir !

Cariboo, mercredi 13 février 2019

Visitez Paris avec...

Articles similaires

De Lutèce à Paris, découverte des monuments gallo-romains

De Lutèce à Paris, découverte des monuments gallo-romains

Découvrez Paris autrement en partant sur les traces des romains. Vivez une aventure hors du commun en arpentant les couloirs du temps. Des arènes de Lutèce situées dans le 5ème arrondissement de la ville à la crypte archéologique du parvis de Notre Dame en passant par les thermes de Cluny, Lutèce, qui désignait autrefois la ville gallo-romaine de Paris, s’offre à vous. Faites fonctionner votre imagination pour voir figurer sous vos yeux les voies et les monuments emblématiques de l’époque. Les arènes de LutèceSource : Fotolia Votre découverte du Paris antique débute aux arènes de Lutèce. Située dans le 5ème arrondissement, sur la rive gauche de la Seine, les arènes de Lutèce représentent un amphithéâtre mixte en forme de demi-cercle qui accueillait jadis les combats de gladiateurs, des chasses de bêtes sauvages ainsi que des spectacles de théâtre. Derrière les fameuses arènes d’Arles et de Nîmes, celles de Lutèce étaient l’un des plus grands sites de spectacle. Près de 15 000 personnes pouvaient venir s’y installer et profiter des animations. Aujourd’hui, les lieux sont propices à une promenade bucolique dans le jardin, entre les arbustes et les fleurs. Le terrain qui abritait autrefois les combats de gladiateurs sert aujourd’hui de boulodrome. Enfilez votre tenue et armez-vous de vos boules pour une fervente partie de pétanque. Dans le but de faire revivre le passé glorieux des lieux, différentes troupes de théâtre viennent au fil de l’année poser leurs valises et proposer différentes représentations. Informations pratiques : visite libre et gratuite. Adresse : 49 rue Monge – 75005 Paris Les thermes de Cluny Datant du 1er ou 2ème siècle, les thermes de Cluny constituent un monument emblématique de l’architecture balnéaire gallo-romaine. D’une superficie d’environ 6000 m², ils étaient à l’époque de Lutèce les plus grands bains publics de la ville gallo-romaine. Représentatifs de l’époque romaine, ils représentaient un véritable lieu de réunion dédié à la détente. Les thermes sont constitués de différents espaces qui suivent un certain parcours. Les romains commençaient par s’adonner à quelques exercices de sport dans les palestres avant d’accéder à un espace tepidarium, bain tiède, idéal pour se reposer. Ils prenaient place ensuite dans le Caldarium, la salle dans laquelle ils prenaient un bain chaud et terminaient par plonger dans un bain froid au frigidarium. Non n’emportez pas votre maillot avec vous pour cette visite, les thermes ne sont plus en activité et sont aujourd’hui conservés comme vestige antique parmi les plus monumentaux du nord de l’Europe. Cette visite dans le quartier latin est l’occasion de découvrir, à travers le musée et les vestiges, le patrimoine architectural impressionnant du passé ainsi que le mode de vie romain. Informations pratiques : visites libres ou guidées. 9€ en période d’exposition temporaire ou 5€ hors exposition. Adresse : 28 rue du Sommerard – 75005 Paris La crypte archéologique du parvis de Notre Dame Partez à l’assaut de la capitale et visitez ses monuments incontournables. Lors de votre escale sur l’île de la Cité, ne manquez pas de découvrir la crypte archéologique du parvis de Notre Dame, découverte lors de fouilles réalisées entre 1965 et 1970. Dans votre course effrénée à travers le temps, vous pourrez apercevoir, s’étendant sur plusieurs mètres, le quai du port de Lutèce, les établissements de bains publics chauffés par système d’hypocauste, d’anciens murs d’enceinte ainsi que des vestiges du Moyen-Age. La crypte est l’une des plus importantes cryptes archéologiques de France et d’Europe et vous permet d’apprécier l’évolution architecturale de la cité pendant plus de 2000 ans au cœur de Paris. Quelque peu atypique, cette visite sous terre vous promet un voyage dans le temps troublant… Informations pratiques : visites libres ou guidées, 8€. Adresse : 7 parvis de Notre-Dame – Place Jean Paul II – 75004 Paris Seul, à deux, entre amis ou en famille, découvrez les monuments gallo-romains et l’histoire de la ville. Embarquez dans la machine fantastique à remonter le temps direction l’époque de Lutèce ! Explorez la ville sur les pas des Parisii mais gardez en tête que ces visites ne représentent qu’une petite partie de l’ensemble des édifices publics aujourd’hui disparus du Paris Lutèce.Vous souhaitez en savoir plus sur l’Histoire de Paris à une autre époque ? Cariboo vous propose la visite de l’Egypte à Paris pour tout savoir des symboles et interprétations de l’Egypte au sein de notre capitale !

Top 5 des spécialités parisiennes salées

Top 5 des spécialités parisiennes salées

Quand on parle gastronomie régionale, on a tout de suite des représentations en tête. Si on vous dit Strasbourg ? Choucroute ! Marseille ? Bouillabaisse ! Bordeaux ? Cannelés ! Lyon ? Saucisse ! Bref, vous l'avez compris toutes les grandes villes ont leurs spécialités, mais pour Paris ? Le macaron ? C'est aussi la spécialité d'Amiens. Le Paris-Brest ? Oui pourquoi pas, mais il y a Brest dedans donc ça fait moins parisien... LA spécialité parisienne, ne nous vient pas directement à l'esprit ? Notre capitale regorge pourtant de spécialités plus ou moins connues. Zoom sur le top 5 des spécialités gastronomiques parisiennes salées, que vous ne connaissez probablement pas : 1) Pommes Pont-Neuf Si pour la plupart, les frites sont belges, on a quand même inventé un équivalent à Paris et plus particulièrement au Pont-neuf. Les Pommes Pont-Neuf ! Ce sont des pommes de terre coupées en longueur, comme des frites, mais en beaucoup plus épaisses. Vendues par des marchands ambulants au début du XIXe siècle, elles ont la particularité d'être cuites en deux temps du fait de leur épaisseur. 2) L'entrecôte de Bercy L'entrecôte de Bercy, vous l'aurez compris, a pour origine le quartier de Bercy où était situé un grand entrepôt viticole au XIXe siècle. La recette était la plupart du temps servie aux négociants en vin qui passaient par là. Si vous voulez respecter la recette originale, la viande doit être une viande de cheval. Cette viande est grillée aux herbes, plus particulièrement au persil et au cresson et servie avec une sauce au vin blanc. 3) Gratiné des Halles La prochaine fois que vous irez aux Halles, pensez à déguster un gratiné du quartier ! Il s'agit d'une soupe à l'oignon, empruntée à nos amis lyonnais, recouverte d'une couche de gruyère ensuite passée au grill, ce qui donne le gratinée des Halles. Qui a dit qu'il fallait faire compliqué pour avoir un bon plat ? 4) La côte rôtie de la Villette La côte rôtie, vous l'aurez deviné encore une fois provient de La Villette, et si cette recette vient de La Villette, ça n'est pas pour rien ! La Villette était au XIXe siècle le quartier qui abritait l’abattoir de Paris, et était donc approvisionnée facilement en viande d'où la spécialité de côte rôtie. Ici la côte est en fait un accolement de plusieurs côtes de bœuf dans un premier temps saisies à la poêle avant d'être passées au four. 5) Le poulet de père Lathuille Le père Lathuille, qui est-ce ? C'était le tenancier d'une guinguette près de la barrière de Clichy. En 1814, le maréchal Moncey y installa son quartier général et après la défaite française et la chute de l'empire, Lathuille se fit connaître en distribuant les victuailles et vins de sa guinguette aux soldats français pour qu'ils ne tombent pas aux mains de l'ennemi. C'est donc cet individu qui inventa la fameuse recette de poulet sauté avec des artichauts et des pommes de terres. Si vous souhaitez en savoir davantage sur le gastronomie et les spécialités parisiennes, notre Cariboo Georges propose une visite du quartier de Montorgueil, endroit emblématique de la capitale, bien connu pour ses commerces de bouches et ses bonnes adresses.Places disponibles le 7, 8, 14 et 15 décembre ! Bon Appétit !

Histoire du Ticket de métro Parisien

Histoire du Ticket de métro Parisien

Alors que notre société dématérialise à tout-va cartes, tickets, carnets, agendas, et même portemonnaies, Cariboo a voulu rendre un hommage (pompeux) à un de ces petits bouts de papier qui font accéder parisiens, parisiennes, visiteurs et voyageurs, dans le gigantesque réseau du métro Parisien. Hommage, en racontant l’histoire de ce petit morceau de papier : émis pour la première fois le 19 juillet 1900, en même temps que l’inauguration de la ligne n°1, aujourd’hui ligne 1. Difficile à croire pour les usagers d’aujourd’hui, mais le métro était séparé en deux classes, comme dans les TGV (l’histoire ne dit pas s’il y avait un wagon bar…), ainsi on pouvait acquérir un ticket 1ère classe (Rose) à 20 centimes de Francs, un ticket 2nde classe (crème) à 15 centimes, puis le ticket vert, pour les trajets aller-retour en 2nde classe, facturé 20 centimes de Franc.En 1939, alors que la seconde guerre fait rage, une mesure d’économie de papier prend effet, réduisant les carnets de 10 tickets physiques à des carnets de 5 tickets valables pour 2 trajets ! Après la guerre, le métro devient le moyen de transport préféré des parisiens avec un record encore inégalé de 1,5 milliards de titres vendus en une année (1946).La R.A.T.P. ou Régie Autonome des Transports Parisiens fait son apparition en 1949, et ce sont pas moins de 14 lignes de métro qui sont mises en service pour un total de 166km de voies. Les tickets continuent d’évoluer, avec des lettres et couleurs différentes, chaque fois poinçonnés par des « poinçonneurs », qui subsisteront jusqu’en 1973, date à laquelle les composteurs automatiques entreront en service.En 1991, La 1ère classe est supprimée, et les abonnements mensuels se multiplient, jusqu’aux années 2000, date à laquelle le passe navigo est inauguré.De nos jours, ce ticket est en voie de disparition dans les poches des parisiens. Elle demeure cependant un must dans celles du touriste pour qui ce morceau de papier représente le témoignage se son passage dans la ville lumière.Pour voir l’évolution des tickets en image, regardez cet amusant montage !Découvrez l'histoire complète du ticket de métro dans cet ouvrage de Grégoire Thonnat

L’étonnante histoire de la prison Saint-Lazare à Paris

L’étonnante histoire de la prison Saint-Lazare à Paris

Les monuments de Paris cachent d’innombrables secrets qui ont marqué l’histoire de France. Partez à la découverte de l’un d’entre eux. En haut du faubourg Saint Denis, au 107 rue du Faubourg Saint Denis dans le 10ème arrondissement de Paris, se trouvait la prison Saint-Lazare. Elle était réservée aux femmes, criminelles, délinquantes, prostituées et jeunes femmes retirées à leurs parents. Anciens couvent et hôpital, le lieu accueille aujourd’hui une grande médiathèque. Les différentes fonctions du bâtiment La prison Saint Lazare fut à la fois un centre pour soigner les lépreux, une maison royale, une maison religieuse affectée à la Congrégation de la Mission fondée par Saint Vincent de Paul ainsi qu’une maison d’arrêt et de correction. Les lieux étaient autrefois principalement utilisés pour l’accueil des pauvres et le soin des malades. C’est à la Révolution, au XVIIIème siècle, que le bâtiment devient une prison et que les religieux durent quitter le couvent. La prison Saint Lazare accueillait alors les « fils de famille » ainsi que les épouses, jeunes débauchés, aliénés et prêtres indisciplinés. Beaumarchais y sera même enfermé durant 3 jours à la suite de la représentation du Mariage de Figaro. Sous la Terreur, la prison a fait face à la conspiration des prisons qui visaient à éliminer les prisonniers. On décompte alors à cette période près de 165 exécutions. En 1811, la prison Saint Lazare est un « hôpital-prison » exclusivement réservé aux femmes et divisé en trois sections. D’un côté étaient incarcérées les prévenues et condamnées, la seconde section était un lieu de punition et un hôpital pour les prostituées de la ville qui devait y effectuer une visite médicale obligatoire et la dernière partie regroupait les jeunes filles retirées à leurs parents. Les prostituées détenues pouvaient subir un internement administratif sur simple avis médical pour les soigner des maladies vénériennes et les punir. Parmi les prisonnières les plus célèbres, on peut citer Louise Michel, Marta Hari ou encore Mme Steinheil. La prison ferma définitivement ses portes en 1927 et devint alors une maison de santé pour les femmes. En 1955, la maison de santé cessa ses activités et devint un hôpital, annexe de l’hôpital Lariboisière, jusqu’en 1998. C’est en 2015 que fut inaugurée la médiathèque Françoise Sagan. L’enclos Saint Lazare aujourd’hui Aujourd’hui, vous ne pouvez apercevoir, comme vestiges du patrimoine de l’ancienne prison Saint Lazare, que l’infirmerie et la chapelle en brique rouge construites par l’architecte Louis Pierre Baltard en 1834. Le plan de réaménagement du carré Saint Lazare débuta à la fin des années 1990. Plusieurs bâtiments sont construits : une école maternelle, une crèche, un centre social, une médiathèque et un gymnase. La médiathèque Françoise Sagan aujourd'hui - Source : Wikipédia (ActuaLitté) Avec ses 4 300 m² de surface dont 2 600 ouverts au public et un jardin intérieur de 1 000 m², la médiathèque Françoise Sagan est l’une des plus grandes bibliothèques municipales de Paris. Cette dernière vise à offrir aux habitants du quartier un accès aux outils numériques, aux collections patrimoniales… Entre espaces de travail et de convivialité, l’enclos Saint Lazare est rapidement devenu un lieu très prisé des familles. Qui l'eut cru? ;)

S'inscrire avec Google

- ou -


- ou -