Eataly, le temple italien débarque à Paris

Réservez votre 12 avril 2019 pour découvrir l’enseigne de gastronomie italienne Eataly qui ouvre ses portes à Paris. Les gourmands, bons vivants et amateurs de cuisine italienne apprécieront ce concept où sont réunis en un même lieu trois espaces dédiés respectivement à l’achat de produits italiens artisanaux de grande qualité, à la dégustation et à l’apprentissage. Andiamo !

Ouverture prochaine à Paris

Enseigne de gastronomie italienne appartenant au groupe Galeries Lafayette, Eataly, débarque, pour la première fois en France, à Paris au printemps 2019. C’est dans le quartier du Marais, derrière le BHV Marais, dans le 4ème arrondissement, que la chaîne a décidé de s’installer.

Lors d’une visite de chantier, les Galeries Lafayette avaient présentées la manière dont vont être agencés les différents univers dans cet espace de 4000 m². Le rez-de-chaussée de 2500 m² sera réservé à l’épicerie fine, un « marché traditionnel » avec des fruits et des légumes ainsi qu’un Eataly Café. Les 7 points de restauration seront installés au sous-sol et au 1er étage. Trattoria, cave à vins de plus de 800 références, pizzeria et dégustation de pâtes… il y en aura pour tous les goûts.

Les concepteurs espèrent servir 2500 couverts en moyenne par jour sur tous les restaurants. Le lieu sera ouvert jusqu’à minuit, tous les jours de la semaine et du week-end. Vous pourrez vous installer au restaurant italien pour savourer les mets préparés par le Chef, acheter les produits que vous avez appréciés et prendre un cours pour apprendre à les cuisiner.

Un concept innovant et unique

Né en 2007 de l’imagination d’Oscar Farinetti, Eataly est un concept unique, un temple italien, qui allie une offre de restauration et d’alimentation ainsi qu’une école de cuisine. Vous pouvez venir y déguster les saveurs et les produits de l’Italie, les acheter et apprendre à les cuisiner. La cuisine italienne est à l’honneur !

Dans une démarche vers une alimentation plus saine et résonnée, le groupe Galeries Lafayette, propriétaire de l’enseigne Eataly, souhaite accueillir sa clientèle dans un cadre original et chaleureux.

Aujourd’hui il existe plus de 35 sites Eataly, véritables lieux de vie, en Italie et dans le monde : New-York, Istanbul, Seoul, Stockholm, Moscou…

La cuisine italienne est une des plus connues et des plus appréciées dans le monde. Lasagnes, pizzas, spaghettis, burata, tiramisu, prosecco… si cette liste vous donne l’eau à la bouche vous allez adorer le nouveau concept qui s’installe dans la capitale. Cet endroit n’est pourtant pas le premier de ce type à ouvrir à Paris. Après le succès sans nom de La Felicita, le food hall du groupe Big Mamma, celui d’Eataly ne fait aucun doute !

Adresse : 37 rue Sainte Croix de la Bretonnerie – 75004 Paris

Cariboo, mercredi 3 avril 2019

Visitez Paris avec...

Articles similaires

Que faire la semaine du 25 au 29 juillet ?

Que faire la semaine du 25 au 29 juillet ?

Ca y est, c'est la dernière semaine du mois de juillet et le soleil a déjà disparu. Voici donc une sélection de bons plans qui vont colorer votre été, entre poésie, street-art et road-trip insolite à travers la capitale !Soirées séries TV commentées : F.R.I.E.N.D.SQui n’a pas déjà regardé un épisode de Friends, cette série racontant le quotidien mouvementé d’une bande d’amis, (re)diffusée depuis déjà 20 ans sur nos chaînes françaises ? Les trentenaires ont tous grandi avec Rachel, Monica et leur joyeuse bande. Le temps d’une soirée, replongez-vous dans cette série qui a marqué des générations. Autour de quelques extraits, Donna Andréolle, professeur en études américaines à l’université du Havre, reviendra sur ce que Friends a révélé de la société occidentale contemporaine et les raisons de son succès auprès de la génération X.Rendez-vous dans la Grande Prairie de la Bellevilloise le mercredi 27 juillet !Le 27 juillet De 19h30 à 22h 19-21, rue Boyer, 75020 ParisArts Factory Summer ShowIl ne vous reste plus que quelques jours pour profiter de ce nouveau Summer Show ! Cette année, Arts Factory vous a concocté une expo’ de saison, pensée « comme un mojito » ! Le quatuor d’artistes invités - Nicolas Barrome Forgues, Sébastien Touache et Jean-Michel Ouvry, du collectif Jeanspezial, ainsi que NIARK1 - met, en effet, de la couleur dans votre été à travers peintures, sérigraphies et walldrawings ! Plus déjantée que jamais, l’expo regorge de créatures déjantées aux allures de notre enfance. On y aperçoit des mini BN et même des gâteaux d’anniversaire pas très rassurants, parmi autres références et influences de notre société. Bref, un cocktail rafraîchissant et sucré qui vous retournera la tête !Jusqu’au 30 juillet (reprise du 17 au 27 août) Du lundi au samedi De 12h30 à 19h30 27, rue de Charonne, 75011 ParisExposition d’été : Paris je t’aime, by LapinA l’occasion de la sortie du livre « Paris je t’aime » par l’illustrateur Lapin, la librairie Artazart lui consacre une exposition tout l’été. Découvrez, dans une scénographie originale, un Paris drôle et poétique, de ses lieux emblématiques au quotidien de ses habitants, à travers le regard de l’artiste. Loin des cartes postales édulcorées, ce carnet d’artiste géant comblera les amoureux de Paris et les voyageurs créatifs.Jusqu’au 11 septembre De 10h30 à 19h30 Artazart - 83, quai de Valmy, 75010 ParisCheerz Summer TourParce que ce n’est jamais très plaisant de voir vos amis poster des photos de leurs voyages paradisiaques pendant que vous êtes coincé au bureau, avec pour seul semblant de vacances à la mer : Paris Plages. Mais cette année, c’est fini ! Cheerz vous aide tout l’été à transformer les lieux les plus cool de la capitale en paysages de rêve. Prenez place dans la Cheerz Mobile et venez vivre de fausses vraies vacances à travers un road-trip photo dans tout Paris ! Bora Bora, le Vietnam, l’Amazonie … c’est possible et sans bouger d’ici ! En plus, de nombreuses animations sont prévues avec les partenaires mais également des ateliers DIY en collaboration avec des blogueuses et pleins d’autres surprises. Pour plus d’infos, c’est par ici !Jusqu’au 21 août Aux quatre coins de la capitale à des horaires variés !

Découvrir Bordeaux autrement : le street art

Découvrir Bordeaux autrement : le street art

Vous êtes passionnés d’art et vous appréciez découvrir les œuvres qui habillent les murs d’une ville ? Vous allez adorer Bordeaux. Une promenade dans la ville est l’occasion de découvrir bon nombre d’œuvres qui attirent l’œil. Le street art à Bordeaux est particulièrement développé et la ville passe même commande auprès des artistes graffeurs pour composer des fresques sur des thèmes précis. Perdez-vous dans les rues de la ville à la découverte des nombreuses œuvres de street art. Les quartiers Saint Nicolas, Saint Michel, Saint Pierre ou encore Darwin recèlent différents trésors d’art urbain. Les murs de Bordeaux sont colorés et animés. L’art cohabite avec le végétal et s’installe dans le paysage urbain. Les œuvres Certaines fresques occupent tout un pan de mur comme la « Metro Paradise » qui s’étend sur 700 m², de la rue des Sablières à la rue Saint Nicolas. Créée par Nerone et Epis, cette fresque a été commandée par la ville pour l’opération Paysages Bordeaux en 2017. Certaines œuvres sont aujourd’hui devenues emblématiques. Vous pourrez d'ailleurs reconnaître le coup de pinceau des artistes. Certains ont même créé des personnages, comme celui de Mimil, un animal amusant mi-loup, mi-coyote, créé par l’artiste Selor par exemple, que vous retrouverez à différents endroits de la ville. Les portraits d’inspiration Picasso que vous pourrez découvrir sont tous signés du graffeur Alber. Vous pouvez les apercevoir dans les quartiers Saint Pierre, Saint Michel, Darwin ou encore les Bassins à Flots. À certains endroits, on peut même observer des superpositions de fresques et de tags. L’art est en mouvement à Bordeaux et chaque graffiti évolue avec le temps. Les artistes Alors que certains artistes se sont approprié les murs de Bordeaux sans en avoir eu l’accord, d’autres ont réalisé des fresques sur commande comme c’est le cas de celle derrière la gare St Jean pour la LGV en 2017. Les graffeurs profitent des espaces de la ville pour laisser parler leur créativité et pour véhiculer des messages importants et engagés comme la préservation de la planète par exemple. Certains graffeurs se réunissent et forment des collectifs comme Fullcolor ou encore Le Coktail. Les lieux Darwin, ancienne caserne militaire située sur la rive droite, est devenue un véritable terrain de jeu pour les artistes. Lieu culturel, Darwin offre différents espaces d’expression. Pour encourager et encadrer l’art urbain, la ville de Bordeaux a mis en place un espace au cœur de la ville, dans le quartier des Chartrons, dédié à la culture et plus particulièrement au street art. Le M.U.R. de Bordeaux propose près de 35 m² que les street artistes peuvent s’approprier pour des créations éphémères. ©Patrice Calatayu Différentes manifestations sont organisées à Bordeaux tout au long de l’année, au cœur des zones urbaines. Les touristes comme les Bordelais prennent même des photos des œuvres pour les partager sur internet. L’engouement autour de cette forme d’art contribue à l’expansion de la ville. Les murs offrent, en effet, plus de visibilité et touche toutes les couches de la population. Le street art est désormais considéré, en France, comme un art à part entière. Les œuvres offrent au public une véritable exposition à ciel ouvert !

Exploration du « ventre de Paris »

Exploration du « ventre de Paris »

Cariboo vous emmène pour une exploration libre dans le quartier de Châtelet. Pour cela, rendez-vous tout d’abord à l’arrêt de métro Palais Royal-Musée du Louvre. Un départ en douceur, sauf pour le porte-monnaie, avec la rue de Rivoli qui tire son nom de la victoire de Bonaparte sur les Autrichiens en 1797, et sa succession de boutiques. A la jonction avec le Boulevard Sébastopol, vous vous trouverez face à la mystérieuse Tour Saint-Jacques, seul vestige de l’Eglise de la Grande Boucherie. Cette corporation du Moyen-Age était la plus riche et la plus puissante de Paris jusqu’à l’apparition des préoccupations sanitaires liées aux pratiques d’abattage au cœur de Paris. Juste derrière se trouve la place du Châtelet qui, à l’époque médiévale, a été construite à l'emplacement du Grand Châtelet, ancienne forteresse qui servit de prison et de tribunal sous l’Ancien Régime. La colonne qui la surplombe aujourd’hui est, elle, en l’honneur des victoires de Napoléon. Cette vaste place est entourée du Théâtre de la ville, connu pour ses représentations de danse contemporaine, et du théâtre du Châtelet. Ce dernier est celui que j’affectionne le plus dans Paris pour son décor, son ambiance et ses représentations de qualité. J’ai eu l’occasion d’y aller à trois reprises pour découvrir trois comédies musicales américaines. Si vous souhaitez vivre l'expérience d'un Paris insolite, prenez la rue des Halles, vous y découvrirez une boutique hors du commun. Gare aux musophobes mais avis aux fans du dessin animé Ratatouille, la vitrine des établissements Aurouze expose des rats morts suspendus par la queue ! Après ce passage pour le moins étonnant, continuez sur cette rue, vous passerez devant la rue des Lombards (ambiance garantie toute la nuit !), pour arriver à la Fontaine des Innocents sur la place Joachim du Bellay. Celle-ci devait à l'origine témoigner de l’entrée du roi Henri II dans Paris et occupe l'emplacement de l'ancien cimetière des Innocents. Avant de poursuivre votre visite, vous pouvez de nouveau faire une halte shopping aux Halles. Récemment réaménagées, elles offrent aux parisiens et voyageurs un espace neuf et moderne offrant tout le confort pour un shopping facile. Il est amusant de constater que depuis son passé médiéval, le quartier des Halles n’a rien perdu de son effervescence comme au temps de son immense marché qui rythmait la vie des parisiens. Pour conclure cette visite du quartier des Halles, rendez-vous à Beaubourg. De ce côté du quartier, vous pourrez profiter du centre Pompidou et de ses expositions contemporaines, mais aussi vous détendre au bord de la fontaine Stravinsky. Ce quartier artistique, haut en couleurs et à l’esprit plutôt industriel, contraste avec la façade de l’église Saint-Merry, théâtre néanmoins de nombreuses expositions contemporaines Pour découvrir le quartier sous un autre angle, notre Cariboo Georges vous propose une visite axée gastronomie autour du village de Montorgueil, traditionnellement connu comme étant "le ventre de Paris"...

L’étonnante histoire de la prison Saint-Lazare à Paris

L’étonnante histoire de la prison Saint-Lazare à Paris

Les monuments de Paris cachent d’innombrables secrets qui ont marqué l’histoire de France. Partez à la découverte de l’un d’entre eux. En haut du faubourg Saint Denis, au 107 rue du Faubourg Saint Denis dans le 10ème arrondissement de Paris, se trouvait la prison Saint-Lazare. Elle était réservée aux femmes, criminelles, délinquantes, prostituées et jeunes femmes retirées à leurs parents. Anciens couvent et hôpital, le lieu accueille aujourd’hui une grande médiathèque. Les différentes fonctions du bâtiment La prison Saint Lazare fut à la fois un centre pour soigner les lépreux, une maison royale, une maison religieuse affectée à la Congrégation de la Mission fondée par Saint Vincent de Paul ainsi qu’une maison d’arrêt et de correction. Les lieux étaient autrefois principalement utilisés pour l’accueil des pauvres et le soin des malades. C’est à la Révolution, au XVIIIème siècle, que le bâtiment devient une prison et que les religieux durent quitter le couvent. La prison Saint Lazare accueillait alors les « fils de famille » ainsi que les épouses, jeunes débauchés, aliénés et prêtres indisciplinés. Beaumarchais y sera même enfermé durant 3 jours à la suite de la représentation du Mariage de Figaro. Sous la Terreur, la prison a fait face à la conspiration des prisons qui visaient à éliminer les prisonniers. On décompte alors à cette période près de 165 exécutions. En 1811, la prison Saint Lazare est un « hôpital-prison » exclusivement réservé aux femmes et divisé en trois sections. D’un côté étaient incarcérées les prévenues et condamnées, la seconde section était un lieu de punition et un hôpital pour les prostituées de la ville qui devait y effectuer une visite médicale obligatoire et la dernière partie regroupait les jeunes filles retirées à leurs parents. Les prostituées détenues pouvaient subir un internement administratif sur simple avis médical pour les soigner des maladies vénériennes et les punir. Parmi les prisonnières les plus célèbres, on peut citer Louise Michel, Marta Hari ou encore Mme Steinheil. La prison ferma définitivement ses portes en 1927 et devint alors une maison de santé pour les femmes. En 1955, la maison de santé cessa ses activités et devint un hôpital, annexe de l’hôpital Lariboisière, jusqu’en 1998. C’est en 2015 que fut inaugurée la médiathèque Françoise Sagan. L’enclos Saint Lazare aujourd’hui Aujourd’hui, vous ne pouvez apercevoir, comme vestiges du patrimoine de l’ancienne prison Saint Lazare, que l’infirmerie et la chapelle en brique rouge construites par l’architecte Louis Pierre Baltard en 1834. Le plan de réaménagement du carré Saint Lazare débuta à la fin des années 1990. Plusieurs bâtiments sont construits : une école maternelle, une crèche, un centre social, une médiathèque et un gymnase. La médiathèque Françoise Sagan aujourd'hui - Source : Wikipédia (ActuaLitté) Avec ses 4 300 m² de surface dont 2 600 ouverts au public et un jardin intérieur de 1 000 m², la médiathèque Françoise Sagan est l’une des plus grandes bibliothèques municipales de Paris. Cette dernière vise à offrir aux habitants du quartier un accès aux outils numériques, aux collections patrimoniales… Entre espaces de travail et de convivialité, l’enclos Saint Lazare est rapidement devenu un lieu très prisé des familles. Qui l'eut cru? ;)

S'inscrire avec Google

- ou -


- ou -