Un fantôme à l'Opéra

Un livre, un film, une comédie musicale... Le fantôme du Palais Garnier, opéra national de Paris, aura eu une carrière couronnée de succès ! Seulement, saviez-vous que ce sombre personnage hantant les loges du grand opéra n'est peut-être pas totalement fictif ? Préparez vos bouchons d'oreilles, ça va faire mal.

Comment résister ?

Si c'est Gaston Leroux qui nous raconte en premier son histoire dans son célèbre roman, Le fantôme de l'Opéra, paru en 1910, tout commença par une rumeur !

Le 20 mai 1896, le grand lustre de la salle de spectacle chute et écrase un spectateur lors d'une représentation de Faust. Le malheureux aurait été à la place numéro 13. Coïncidence ? Très certainement, mais ne brisons pas la légende aussi vite.

Car ce sont d'autres tragédies qui s'enchaînent : un petit rat meurt en chutant d'une galerie (une danseuse, hein, pas un animal), et un machiniste est retrouvé pendu dans les cintres. Alors, tout le monde en est certain : l'Opéra est hanté par un personnage malfaisant, un revenant peut-être.

On commence à parler d'un inconnu au visage brûlé qui aurait trouvé refuge dans les sous-sols de l'opéra où stagne un lac souterrain, réserve d'eau en cas d'incendie. Il demande 20 000 francs par mois au directeur de l'Opéra et exige qu'on lui réserve la loge 5. Pour expliquer sa présence, certains évoquent une histoire d'amour qui aurait mal tourné avec une danseuse. D'autres encore l'appellent Erik, un pianiste défiguré dans l'incendie d'un ancien opéra et qui passerait l’éternité à écrire de nouveaux morceaux dans l'obscurité des sous-sols. En bref, tout le monde en parle, personne ne l'a vu.

Sauf une chanteuse, une soprano qui affirme avoir connu une idylle platonique avec ce repoussant mais charmant personnage. Loin de nous l'idée de ne pas la croire sincère, mais force est de constater qu'à l'époque, youtube n'était pas encore là pour se faire de la pub et une histoire de fantôme était encore plus efficace qu'un article dans la gazette.

Et c'est en partant des restes de cette mystérieuse affaire qui enflamma le tout Paris que Gaton Leroux écrivit son roman, insistant sur le fait que tout ne sortait pas de son imagination et affirmant même qu'un squelette retrouvé dans les souterrains de l'Opéra était bien celui du fantôme.

Et si jamais il vous vient une envie de rencard insolite, la loge 5 lui est toujours dédiée. Frappez à sa porte, on ne sait jamais !

Si vous voulez découvrir d'autres histoires parisiennes aussi intrigantes qu'étranges, rendez-vous ce samedi 27 octobre à 18h pour une visite frissonnante du cœur de Paris... De quoi vous préparer dignement pour Halloween !

Bastien, mercredi 18 janvier 2017

User Profile Picture

À propos de Bastien

Librovore, étudiant en histoire de l'art et passionné de petites anecdotes, je pense que Paris est une ville aux milles facettes qui ne demandent qu'à être découvertes. Ayant quelques expériences dans Librovore, étudiant en histoire de l'art et passionné de petites anecdotes, je pense que Paris est une ville aux milles facettes qui ne demandent qu'à être découvertes. Ayant quelques expériences dans

Préparez une visite avec Bastien

Visitez Paris avec...

Articles similaires

Le meurtre du métro

Le meurtre du métro

Où on découvre que finalement, le métro aux heures de pointe, c’est pas si mal ! Le jour de la Pentecôte, en 1937, Paris est enfin le décor d’un crime parfait qui reste aujourd’hui encore potentiellement irrésolu. Ce 16 mai, six passagers montent dans un wagon de première classe à la station de la Porte Dorée, s’installant aux côtés d’une inconnue déjà présente, seule. Cette dernière, habillée d’une robe verte et d’un grand chapeau blanc, semble endormie. Mais certains ont le sommeil lourd : lorsque le métro démarre, la femme chute sur le sol, inerte. Un des passagers, manifestement médecin, se précipite et constate que la victime a un couteau laguiole profondément planté dans le cou. Que voulez-vous, il y a des jours comme ça… Alors, tout Paris se passionne pour cette mystérieuse affaire : comment a-t-on pu assassiner Laetitia Toureaux ? Porte Dorée n’était à l’époque qu’à une station du début de la ligne 8 et les témoins n’ont vu personne quitter le wagon alors qu’ils y montaient. Le tueur aurait-il sauté du train en marche entre deux stations ? Les journaux se nourrissent de ce cas insolite, fascinés par cette inconnue à la robe verte. Des recherches sont faites sur la victime qui, ayant tout de l’employée d’usine modèle, se trouve finalement être mêlée au milieu du renseignement. On la suspecte tour à tour d’avoir des liens avec La Cagoule, une organisation d’extrême droite, ou bien de travailler pour l’Italie fasciste en tant que mouchard. Mais cela ne fait qu’assombrir le mystère. Leatitia Toureaux était aussi connue pour courtiser des hommes hauts placés Mais tadam, coup de théâtre : la vérité éclate 25 ans plus tard, lorsqu’un médecin envoie une lettre à la Police judiciaire dans laquelle il avoue le meurtre de Laetitia Toureaux (tout ça pour ça). Finalement, rien de politique, tout de passionnel : le jeune homme amoureux n’aurait pas supporté d’être rejeté par une femme aussi secrète et aurait donc opté pour une solution assez expéditive. Il explique aussi ne pas avoir sauté du métro en marche mais d’être passé d’un wagon à un autre grâce à une « clé pompier » (amoureux, oui, mais pas bête). Cependant, le crime étant prescrit, aucune recherche n’est faite : le doute peut encore persister sur l’identité du tueur. Et ça, ça me plait. Moralité : « Ne mets pas tes mains sur la porte, tu risques de te faire pincer très fort. »

Kashink, l'artiste atypique

Kashink, l'artiste atypique

KASHINK est une artiste très présente dans le mouvement street art/graffiti et est aussi  une femme à la personnalité atypique. Son nom de street artiste est inspiré des Comics et leur onomatopées. Si vous la croisez dans la rue vous la reconnaitrez facilement car elle se dessine une moustache chaque jour afin de déconditionner l'histoire du genre féminin/masculin. Cette originalité est un acte permettant de provoquer des prises de conscience immédiates dans la rencontre avec le public.  Elle nous renvoie en miroir nos propres conditionnements esthétiques sur le féminin, de ce que nous attendons de voir et d'entrevoir chez une femme dans son apparence. Cette mise en moustache est comme une nudité nous invitant à nous interroger sur notre profonde nature au delà et en deçà  de l'apparence. Elle représente des figures  hybrides aux yeux multiples dans un style graphique inspiré d'un art populaire et très coloré et c'est à travers ses figures qu'elle nous pousse à nous interroger sur notre propre regard et nous invite tout autant à en multiplier nos points de vue. Ce déplacement du regard incite à ouvrir notre potentiel et à accueillir la différence. Cette différence que nous pouvons juger, enfermer, refuser. La chaleur de ses couleurs vives anime nos êtres d'une joie propice à accepter la différence comme un apport de bonheur accessible et illimité. Son travail trouve ses origines dans la culture slave et hispanique, dans le Pop Art mais aussi dans l'illustration narrative. Elle devient actuellement internationale avec des oeuvres présente au Canada, aux Etats Unis et partout en Europe (Londres, Vienne, Ibiza, Bristol, Madrid, Berlin et Paris). Son travail participe à créer des interactions sociales et elle aime se nourrir de ses expériences culturelles qu'elle vit à l'étranger. Elle Interroge les codes esthétiques de l'ethnicité dans ses œuvres. Elle appelle son travail «funtivisme» (activisme amusant). Pour KASHINK peindre dans la rue permet de bouger les consciences en faisant passer des messages importants à ses yeux : l'égalité des droits homme/femme, l'homosexualité, la religion, la différence. Elle intervient bénévolement pour des associations telles que la Voix de l'Enfant et Emmaüs. Dans ses premiers travaux l'artiste questionnait surtout  la relation entre le spirituel et l’humain : "cela m’a amenée à réfléchir sur l’identité, avec le désir de casser les stéréotypes. Et depuis un peu plus de 3 ans, je ne sors plus sans ma moustache !"*La dimension universelle est importante pour Kashink et elle souhaite participer avec son art à un impact positif chez les personnes : "Je pense que mon devoir est d’amener les gens à réfléchir. Avec tout ce qu’il se passe aujourd’hui dans le monde et en France, il est nécessaire, voire vital de développer des choses positives, ne serait-ce que pour offrir aux gens un sourire".* * Citation d'une interview de Kashink in https://www.opnminded.com/

Culture électronique à Berlin, un voyage en aller simple !

Culture électronique à Berlin, un voyage en aller simple !

Berlin est aujourd'hui une ville qui fait partie des destinations préférés de tous les amateurs de musique électronique. Lieu incontournable pour tous les fans de boom boom, il est aujourd'hui difficile de trouver une ville qui saurait la détrôner. Ici, il y en a pour tous les goûts ! Que tu aimes la techno underground ou plutôt une petite house joyeuse en passant par la trance psychédélique, tu trouveras toujours ton bonheur. Cette capitale est pleine de recoins et toi, petit voyageur intrépide, il se pourrait que tu ne te décides jamais à quitter cette ville, avide de la découvrir en long et en large mais surtout en travers ! Regorgeant d'opportunités presque impossible à refuser, il sera plus fréquent de se dire "finalement pas ce soir" que "est-ce qu'il se passe un truc ?". Cependant, Berlin ne se visite pas en  1 jour et tu ne cesseras jamais de découvrir des lieux tous plus cachés les uns que les autres ! Certains y résident depuis le début du boom électronique de la capitale allemande mais ne cesse de découvrir des lieux plus improbables les uns que les autres. Si tu n'est toujours pas convaincu, écoute Laurent Garnier te parler de son expérience ici. Pionnier de la techno en France, il est un artiste incontournable dans le monde entier et ne cesse de vanter les mérites de la techno-diversité présente dans cette ville. Connais-tu beaucoup de lieux où tu sonnes à l'interrupteur d'un immeuble pour rentrer dans un bar qui n'est pas clandestin ? Connais-tu beaucoup d'endroits où le moindre renfoncement ou petite terrasse peut cacher ce qui fera toute ta soirée ? Connais-tu beaucoup d'endroits sur Terre ou il est préférable de ne pas en parler pour se faire une idée ? Ici, pas d'heures pour faire la fête, pas de jour non plus. Les club connus valent le détour mais se cantonner à ces derniers reviens à croire qu'être végétarien consiste à ne manger que de la salade ! Beaucoup de touristes viennent ici pour essayer de rentrer tant bien que mal dans le fameux Berghain puis se réorientent vers le Kitkat, le Watergate ou encore le Trésor en cas de résultats non fructueux sans passer par le Ritter Butzke, le festival Odyssée se tenant au nouvel an ou encore le fameux bar français Madame Claude. Mais si Berlin se résumais uniquement qu'à ces clubs emblématiques, ce ne serait pas une capitale de la musique électronique mais un lieu de vogue à la mode. La techno n'est plus une mode, elle est devenue un véritable mode de vie. C'est en s'y installant pour un petit moment que l'on comprends à quel point les règles changent ici ! Pas de jour, pas d'heures, pas de lieux, que de l'imprévu, de l'improvisation et de l'adaptation, c'est tout ce qu'il te faudra !  Chaque jour est une nouvelle expérience et ne se déroulera jamais comme prévu et ce n'est pas parce que tu commences ta soirée au Minimal Bar que tu ne vas pas te retrouver le lendemain à l'autre bout de la ville, en after au Griess Mühle, magique non ?! Bref, pour un fan de musique il y a presque plus à découvrir Berlin que partout dans le reste du monde ! PS : à partir de févrire 2017, l'Anomalie club ouvre ses portes. Au programme : techno, danse et performances artistiques, à ne pas manquer !

Chave, bien plus qu'un boulevard

Chave, bien plus qu'un boulevard

En plein coeur de Marseille, long d'1,5 km, le boulevard Chave est une artère qui relie la gare de la Blancarde à la place Jean Jaurès, également connue des marseillais comme "La Plaine". Son nom provient de l'urbaniste André Chave qui développa ce quartier au XIXème siècle. Cher au coeur des marseillais d'autrefois de par la présence du fameux tramway 68, ce boulevard présente aujourd'hui un réel attrait pour toute une jeune population, désireuse de vivre en plein coeur de la ville, tout en maintenant une vie de quartier. Le boulevard Chave traverse un quartier qui historiquement, tient un rôle important pour la cité phocéenne. Jugez plutôt : le quartier du Camas vit naître Fernandel, au numéro 72, et Marcel Pagnol y passa une bonne partie de son enfance en famille (photo) à quelques rues de là. C'est au final tous les symboles de la culture provençale qui s'y retrouvent. Au numéro 19 se trouvait également un théatre aujourd'hui disparu, où Joseph Pujol, connu sous son nom d'artiste comme "le pétomane" fit ses premiers pas (oui oui) dans la première partie du XXème siècle. Il y existait autrefois également une prison, qui ferma ses portes à la fin des années 1950. Lorsque l'on arrive du centre-ville ou des grands boulevards, c'est le calme qui frappe sur ce boulevard et qui tranche avec le brouhaha toujours présent dans la ville. Le développement récent de ce quartier est bien sûr dû au nouveau tramway qui limite la circulation automobile et apporte comme dans toute autre ville où un tramway est mis en place, un certain cachet au lieu. Tout au long du boulevard, des petits commerces variés se succèdent et les riverains semblent attachés à cet aspect : le lien entre habitants et commercants est tenace et la convivialité est de mise. Il existe un réel esprit de village dans ce quartier, un vrai sentiment de proximité avec des commercants honnêtes et proposant des produits de qualité (quelques tuyaux vous sont donnés en bas de cet article). La récente arrivée de nombreuses jeunes familles traduit l'engouement autour de ce coin et permet le développement de commerces nouveaux. Le regain d'activité est notoire et la vie gagne en qualité. Selon les jours, les amateurs pourront parcourir les allées colorées et bruyantes du marché de la Plaine (mardi, jeudi et samedi) ou celui plus petit de la place Sebastopol (lundi, mercredi et vendredi). Enfin, la proximité du Cours Julien (5 min. tout au plus) n'enlève rien à l'intérêt du lieu, pour les personnes intéressées par la vie nocturne et culturelle marseillaise. Un prochain passage à Marseille vous permettra donc d'expérimenter cet endroit et ses alentours. Prenez le temps d'y passer et de rester un moment à l'ombre de platanes, vous pourrez alors prendre le pouls du boulevard et apprécier cette ambiance que le Pagnol enfant d'autrefois et ce minot remuant d'aujourd'hui ont en commun. Article initialement publié sur Guides face b

S'inscrire avec Google

- ou -


- ou -