Notre façon de voyager reflète-t-elle notre société?

Portée par l’augmentation du pouvoir d’achat et la formation d’une classe moyenne pendant la 2nde moitié du XXème Siècle, la possibilité de voyager et de se rendre à Paris a décuplé. Aussi le nombre de touristes en France est passé de 2 millions en 1950 à 85 millions en 2014 (dont 16 millions à Paris). Pour autant, la représentation collective du topos parisien – béret vissé sur la tête, marinière cintrée, et baguette sous le bras - n’en a pas moins faibli… Comment expliquer la persistance de ces clichés ?

Des clichés tenaces s’appuyant sur une culture de masse et mondialisée

La nouvelle tendance, et même fait de société, les « selfies » devant les monuments ou lieux emblématiques de leurs lieux de vacances fleurissent aux quatre coins des réseaux sociaux. Ce phénomène n’est finalement que l’aboutissement d’un processus qui a débuté avec la généralisation et l’accès aux appareils photos numériques, conduisant à une frénésie de l’image au détriment du réel. On n’entre plus en contact avec l’objet de la visite, on ne le saisit plus que par l’objectif de notre appareil photo. On choisit finalement volontairement de placer un écran-barrière entre le réel et nous. Ce-faisant nous nous soustrayons a l’interaction avec le réel pour rester dans le confort de l’imaginaire collectif avant de participer à la diffusion de ce-dernier en s’empressant de relayer notre « selfie » à notre répertoire d’amis.

En réalité, un certain nombre de touristes se rendant à Paris ne chercherait qu’à vivre le mythe, rencontrer l’objet de leur fantasme que leur ont proposé les films et les animations des grands studios ; faire du rêve une réalité en somme. L’immixtion de l’imaginaire dans le réel est d’ailleurs un business lucratif et plébiscité. La preuve en est Disneyland Paris qui reste depuis 10 ans la première destination touristique de France avec 14 millions de visiteurs par an en moyenne. Là où avant le voyageur se voyait nourrir son imagination par des récits de voyage comme ceux de Stendhal en Italie aujourd’hui le touriste est abreuvé par une machine à rêve qu’est Hollywood en représentations imagées d’une réalité déformée et parcellaire.

Depuis les Trente Glorieuses, les consommateurs ont eu la possibilité de voyager et de vivre la représentation (de Paris et des parisiens par exemple) qui leur a été montrée, conduisant à l’émergence d’offres touristiques dédiées, ne proposant finalement qu’une fuite hors du réel… Confrontés à la banalité du réel, ces touristes préfèrent en effet lui échapper tout a fait, se soustraire à son impératif de déception. C’est dans cette optique que se sont créés les circuits touristiques « de masse » en bus, bateau-mouche et plus récemment « 4 roues sous un parapluie » qui propose des tours dans Paris en 2CV avec un chauffeur habillé … en marinière et coiffé d’un béret ! L’imaginaire rencontre alors le réel … mais est-ce pour autant satisfaisant ?

Une volonté profonde de renouer avec l’authentique émerge

Ces dernières années une dynamique inverse tend à émerger. A force de voyages, l’illusion et le rêve perdent de leur superbe. On se rend compte alors que les « souvenirs » proposés dans les marchés, bazars, souks ne reflètent plus l’expression d’une culture ou d’un savoir-faire local, mais ne sont que l’impression en trompe l’œil de notre imaginaire sur la localité en question. Pis, ces souvenirs deviennent a minima uniformisés. Ainsi, d’une boutique souvenir à l’autre, on est sûr de retrouver les mêmes produits, aux mêmes prix. Dans certains cas on pourrait même parler de mondialisation du souvenir : il n’est pas rare de voir une Tour Eiffel miniature vendue à Istanbul ou à Marrakech… On peut aussi citer en exemple la rue de Rivoli qui s’est transformée d’arcades aux échoppes authentiques et variées, en suite de boutiques uniformisées et bas de gamme. On en vient alors à se poser la question : « où trouver du made in local » ?

Les artisans-commerçants traditionnels ont laissé place à un marché occidentalisé du souvenir destiné à vendre de l’attendu, de l’uniformité. Ceci illustre parfaitement le paroxysme de ce désir profond de voyager dans le but, non pas de découvrir une culture authentique, mais un imaginaire perçu. Le voyage n’est plus une ouverture de l’esprit sur l’altérité mais seulement une norme statutaire permettant de visiter les lieux communs de notre temps.

Contre ces préceptes, une nouvelle tendance apparaît. Il s’agit de chercher de l’authenticité, rencontrer des locaux, vivre des expériences uniques. Pour certains, en voyage, sortir des sentiers battus devient une nécessité afin de rentrer véritablement en contact avec une autre culture.

Ce besoin pressant se fait ressentir et déjà des initiatives comme Cariboo qui émergent afin de répondre à ce besoin. En mettant en relation un local avec un touriste, ces plateformes permettent de renouer le dialogue entre un visiteur désireux d’apprendre et une culture locale désireuse de transmettre. L’échange peut tout aussi bien être formel à travers une visite « classique » d’un quartier d’une ville, qu’informel. La rencontre avec une culture peut s’exprimer ainsi classiquement à travers des monuments, des œuvres d’art, l’aménagement d’une ville, mais aussi à travers sa musique, ses loisirs et ses coutumes. La rencontre avec un habitant local permet alors de vivre ou tout de moins de s’initier à certains usages locaux, de découvrir des coutumes et les codes d’une société … etc. De cet échange découle alors une ouverture de soi à l’autre. Bien plus qu’une simple visite d’une ville, c’est une initiation à une culture et une rencontre avec une personne que proposent ces nouvelles expériences.

Finalement, il suffisait de replacer l’humain au cœur du tourisme pour le rendre authentique ! Ce recentrage de l’humain au cœur des services ainsi que cette recherche de l’authenticité sont autant de marqueurs d’une société qui commence tout juste à émerger. Les nouveaux acteurs de l’économie du partage comme Airbnb ou encore Blablacar mettent ainsi la dimension humaine au cœur de leur offre. Il s’agit non seulement d’économiser sur un trajet ou un hébergement mais aussi de faire le choix d’un service « collaboratif », axé sur l’échange et la rencontre avec autrui. Ainsi, selon un sondage Harris Interactive réalisé du 15 au 22 octobre 2014 auprès d’un échantillon de 1 000 Français de plus 15 ans, 36 % des français ont déjà fait appel aux services d’autres particuliers, à titre onéreux ou non, et 29 % ont déjà proposé les leurs.

Jerry, mercredi 19 août 2015

User Profile Picture

À propos de Jerry

Je suis un 24 ans, étudiant en école de commerce, et j'ai toujours vécu à Paris. Même si Paris reste mystérieux pour moi, et je continue à découvrir de nouveaux secrets chaque jour. C'est pourquoi j'a I am a 24 year old business school student, and I have always lived in Paris. Even though, Paris remains mysterious to me, and I keep on discovering new secrets each day. That's why I chose a speciali

Préparez une visite avec Jerry

Visitez Paris avec...

Articles similaires

Bien manger pour moins de 15 euros

Bien manger pour moins de 15 euros

Aujourd’hui et depuis 2 ans, en tant qu’étudiante SRUP (Sans Restaurant Universitaire Proche) qui se refuse d’aller au McDo ou manger un sandwich tous les jours, se sustenter le midi sans atteindre un déficit à la fin de chaque mois est un dur combat quotidien qui relève parfois, à Paris, de l’impossible. Cette lutte est aussi partagée par les nombreux touristes fatigués patrouillant dans la capitale inlassablement toute la journée espérant découvrir la gastronomie française qui fait rayonner notre beau pays à l’étranger. En effet, n’oublions pas que, depuis novembre 2010, la gastronomie française a été inscrite au patrimoine de l’UNESCO. Ainsi, visiter Paris, c’est aussi découvrir les petits bistrots et les restaurants de seulement quelques tables cachées au fond des ruelles, coincées entre deux grands magasins ou protégées par un jardin secret. La cuisine fait partie intégrante de la culture française et des coutumes et voici quelques adresses pour mieux comprendre l’art de vivre à la française qui résoudront le dilemme de trouver des restaurants assez sophistiqués parce que gastronomie oblige et abordables car vous avez sûrement prévu d’autres lieux où claquer votre budget de vacances.Le Vin qui DanseAprès avoir descendu un petit escalier puis traverser un pont, découvrez un bistrot gastronomique caché au fond du 13ème où on ne peut y aller que si on connait déjà l’adresse. Il présente la gastronomie française dans toute sa splendeur pour le prix modique de 10 euros midi et soir pour un plat et un dessert. Le large bar à vin fait également honneur à son nom et accompagne délicieusement les plats cuisinés par les deux chefs qui sont aussi d’éminents œnologues.69 rue Broca 75013 Pariswww.levinquidanse.comLes Bols de JeanIl a été inventé à San Francisco puis a conquis Londres et arrive enfin à Paris, près de l’Opéra Garnier. Le Bol de Pain garni c’est un nouveau concept où l’assiette est remplacée par du pain au levain croustillant à l’extérieur, moelleux à l’intérieur, délicatement toasté et rempli d’une délicieuse et originale garniture composée d’aliments résolument frais. Les prix s’échelonnent de 7 à 12 euros pour le Bol du Chef et chacun des bols représente un repas complet.2 rue de Choiseul 75002 Pariswww.lesbolsdejean.comLa Cantoche 42Pour tous les amoureux de la viande rouge et du bon vin, la Cantoche 42 marque l’arrêt obligatoire au nord de Paris, dans le 20ème arrondissement. Un endroit cosy et accueillant tenu par Jean, un patron chaleureux pour qui la cuisine c’est autant la convivialité que la nourriture. La carte est relativement petite mais se pose comme résolument made in France propose une qualité optimale.42 rue de Monilmontant 75020 Pariswww.cantoche42.comChefs des quartiersAncienne sandwicherie revisitée, située dans le 13ème, le principe, qui assure une très grande diversité des goûts, est simple : chaque jour, un parmi 4 différends chefs d’origine différente règne sur les cuisines et propose leur façon unique de revisiter la cuisine française. Chaque jour se succèdent des plats bons, simples et frais qui donnent à l’assiette une spontanéité réjouissante : un menu à 10 euros pour entrée + plat + dessert et 2 euros de plus pour un café.12 rue du Jura 75013 Pariswww.chefsduquartier.comChez MéméIl ne faut pas s’arrêter à l’enseigne crêperie-sandwicherie, le petit restaurant est plus que ça. Décors vintage et originale, cuisine simple mais bonne et diversifiée dans ses saveurs, et un accueil et des serveurs sympathiques, démentant agréablement la traditionnelle mauvaise humeur des serveurs parisiens. Repas copieux pour moins de 12 euros et ambiance jeune le midi, retrouvez une nourriture « comme à a maison ».17 Avenue Philippe Auguste 75013 Pariswww.chezmeme.combibimbap

Vin à Paris, nos conseils pour mieux acheter

Vin à Paris, nos conseils pour mieux acheter

Bien que Paris ne produise que très peu de vin, la ville jouit d’une grande réputation chez les œnophiles cherchant à acquérir une précieuse bouteille...Certes, il y a le rayon vins du supermarché de quartier, présentant sans effort le fruit de négociations à coups de milliers de bouteilles avec de grandes maisons de négoce. Il y a encore des franchises telles que Nicolas ou le Repaire de Bacchus, offrant un choix pour tous les budgets, et un conseil plus éclairé qu’une simple contre-étiquette...Mais Paris ne dit pas son dernier mot. L’heure de la grande consommation est révolue : le bio, la biodynamie, et la mise en avant des petites productions progressent à grands pas... Partout, de petits cavistes voient le jour, innovants par leur sélection, leur présentation et leurs conseils.Lors d’une de mes visites avec un groupe de jeunes étudiants de Sciences Po Paris, j’ai eu le plaisir – et la chance – de rencontrer Isabelle, une de ces cavistes nouvelle génération. Récemment diplômée d’une formation en œnologie, elle a ouvert au cœur du VIIe arrondissement de la capitale une cave à la sélection rigoureuse, appelée « Les Petits Domaines ». Faisant la part belle aux petites productions provenant de l’ensemble des régions viticole françaises, elle vous conseillera sans détour sur le choix d’un vin, en concentrant son conseil sur vos envies, vos attentes, sans oublier les mets avec lesquels vous marierez le crû.Retrouvez cette cave de qualité au 208, rue de Grenelle à Paris VIIe.

Explorez le Street Art de Paris

Explorez le Street Art de Paris

Quand on pense à Paris, ce n’est probablement pas le Street Art qui vient à l’esprit. Cependant, le Street Art à Paris est partout, et il a une histoire qui est peut-être plus riche et plus culturellement significative que celle d’autres villes (Londres, New York, Berlin…). Le Street Art a commencé à prospérer pendant les années soixante avec les nouveaux réalistes, des artistes d’avant-garde qui ont soutenu un retour au réalisme face à la peinture abstraite. Yves Klein et Jacques Villeglé, membres éminents, ont apporté leurs pochoirs et leurs affiches lacérées aux rues de Paris et ont ouvert la voie aux afflux de Street Art dans la capitale. Les années soixante-dix ont connu la démolition des Halles ; un endroit qui est devenu une pépinière pour des artistes utilisant la peinture aérosol pour créer des œuvres politiques. Pendant les années quatre-vingt, des artistes comme Blek le Rat et Jef Aérosol sont passés au premier plan de la scène urbaine. Blek le Rat est devenu fameux pour ses pochoirs de taille réelle grâce auxquels il a recouvert les murs de Paris. Au cours des dernières décennies, le Street Art a gagné en popularité. Il a été mis en valeur galeries connues, comme Le Palais de Tokyo, et les projets urbains, comme La Rue Dénoyez à Belleville. Depuis, cette forme d’art continue à prospérer. Mais ce qui est plus captivant au sujet du Street Art, c’est son accessibilité. Dans l’ensemble, le Street Art n’est pas exclusivement enfermé dans les musées, mais fait partie de la vie quotidienne. Le Street Art à l’intention de concilier l’art et la vie et c’est cette vivacité qui le rend si populaire. Prêts à partir à la découverte des nombreuses fresques présentes dans la capitale ? Et si vous cherchez quelque-chose d’insolite à faire à Paris, une visite guidée sur cette thématique sera parfaite pour vous ! Stay tuned... Ca devrait arriver très bientôt sur Cariboo !

Grand jeu concours de Noël !

Grand jeu concours de Noël !

Vous ne le savez peut-être pas, mais le mois de décembre est un mois sacré pour les Cariboo...Ce mois est donc une occasion unique pour vous faire gagner une des 10 visites mises en jeu, afin que vous puissiez vous aussi, découvrir la richesse de notre service, et ce gratuitement, que vous soyez seul(e), en couple, entre amis et même en famille!Le but du jeu est simple :1 - Rendez-vous sur notre page Facebook en cliquant ici2 - Commentez cette image avec le nom des personnes avec qui vous souhaiteriez faire cette visite (amis, famille, etc.)3 - Rendez-vous fin décembre pour le tirage au sort!Pour augmenter vos chances, partagez l'image à vos amis!Bonne Chance et joyeuses fêtes avec Cariboo.co !Boo, le Cariboo

S'inscrire avec Google

- ou -


- ou -