Notre façon de voyager reflète-t-elle notre société?

Portée par l’augmentation du pouvoir d’achat et la formation d’une classe moyenne pendant la 2nde moitié du XXème Siècle, la possibilité de voyager et de se rendre à Paris a décuplé. Aussi le nombre de touristes en France est passé de 2 millions en 1950 à 85 millions en 2014 (dont 16 millions à Paris). Pour autant, la représentation collective du topos parisien – béret vissé sur la tête, marinière cintrée, et baguette sous le bras - n’en a pas moins faibli… Comment expliquer la persistance de ces clichés ?

Des clichés tenaces s’appuyant sur une culture de masse et mondialisée

La nouvelle tendance, et même fait de société, les « selfies » devant les monuments ou lieux emblématiques de leurs lieux de vacances fleurissent aux quatre coins des réseaux sociaux. Ce phénomène n’est finalement que l’aboutissement d’un processus qui a débuté avec la généralisation et l’accès aux appareils photos numériques, conduisant à une frénésie de l’image au détriment du réel. On n’entre plus en contact avec l’objet de la visite, on ne le saisit plus que par l’objectif de notre appareil photo. On choisit finalement volontairement de placer un écran-barrière entre le réel et nous. Ce-faisant nous nous soustrayons a l’interaction avec le réel pour rester dans le confort de l’imaginaire collectif avant de participer à la diffusion de ce-dernier en s’empressant de relayer notre « selfie » à notre répertoire d’amis.

En réalité, un certain nombre de touristes se rendant à Paris ne chercherait qu’à vivre le mythe, rencontrer l’objet de leur fantasme que leur ont proposé les films et les animations des grands studios ; faire du rêve une réalité en somme. L’immixtion de l’imaginaire dans le réel est d’ailleurs un business lucratif et plébiscité. La preuve en est Disneyland Paris qui reste depuis 10 ans la première destination touristique de France avec 14 millions de visiteurs par an en moyenne. Là où avant le voyageur se voyait nourrir son imagination par des récits de voyage comme ceux de Stendhal en Italie aujourd’hui le touriste est abreuvé par une machine à rêve qu’est Hollywood en représentations imagées d’une réalité déformée et parcellaire.

Depuis les Trente Glorieuses, les consommateurs ont eu la possibilité de voyager et de vivre la représentation (de Paris et des parisiens par exemple) qui leur a été montrée, conduisant à l’émergence d’offres touristiques dédiées, ne proposant finalement qu’une fuite hors du réel… Confrontés à la banalité du réel, ces touristes préfèrent en effet lui échapper tout a fait, se soustraire à son impératif de déception. C’est dans cette optique que se sont créés les circuits touristiques « de masse » en bus, bateau-mouche et plus récemment « 4 roues sous un parapluie » qui propose des tours dans Paris en 2CV avec un chauffeur habillé … en marinière et coiffé d’un béret ! L’imaginaire rencontre alors le réel … mais est-ce pour autant satisfaisant ?

Une volonté profonde de renouer avec l’authentique émerge

Ces dernières années une dynamique inverse tend à émerger. A force de voyages, l’illusion et le rêve perdent de leur superbe. On se rend compte alors que les « souvenirs » proposés dans les marchés, bazars, souks ne reflètent plus l’expression d’une culture ou d’un savoir-faire local, mais ne sont que l’impression en trompe l’œil de notre imaginaire sur la localité en question. Pis, ces souvenirs deviennent a minima uniformisés. Ainsi, d’une boutique souvenir à l’autre, on est sûr de retrouver les mêmes produits, aux mêmes prix. Dans certains cas on pourrait même parler de mondialisation du souvenir : il n’est pas rare de voir une Tour Eiffel miniature vendue à Istanbul ou à Marrakech… On peut aussi citer en exemple la rue de Rivoli qui s’est transformée d’arcades aux échoppes authentiques et variées, en suite de boutiques uniformisées et bas de gamme. On en vient alors à se poser la question : « où trouver du made in local » ?

Les artisans-commerçants traditionnels ont laissé place à un marché occidentalisé du souvenir destiné à vendre de l’attendu, de l’uniformité. Ceci illustre parfaitement le paroxysme de ce désir profond de voyager dans le but, non pas de découvrir une culture authentique, mais un imaginaire perçu. Le voyage n’est plus une ouverture de l’esprit sur l’altérité mais seulement une norme statutaire permettant de visiter les lieux communs de notre temps.

Contre ces préceptes, une nouvelle tendance apparaît. Il s’agit de chercher de l’authenticité, rencontrer des locaux, vivre des expériences uniques. Pour certains, en voyage, sortir des sentiers battus devient une nécessité afin de rentrer véritablement en contact avec une autre culture.

Ce besoin pressant se fait ressentir et déjà des initiatives comme Cariboo qui émergent afin de répondre à ce besoin. En mettant en relation un local avec un touriste, ces plateformes permettent de renouer le dialogue entre un visiteur désireux d’apprendre et une culture locale désireuse de transmettre. L’échange peut tout aussi bien être formel à travers une visite « classique » d’un quartier d’une ville, qu’informel. La rencontre avec une culture peut s’exprimer ainsi classiquement à travers des monuments, des œuvres d’art, l’aménagement d’une ville, mais aussi à travers sa musique, ses loisirs et ses coutumes. La rencontre avec un habitant local permet alors de vivre ou tout de moins de s’initier à certains usages locaux, de découvrir des coutumes et les codes d’une société … etc. De cet échange découle alors une ouverture de soi à l’autre. Bien plus qu’une simple visite d’une ville, c’est une initiation à une culture et une rencontre avec une personne que proposent ces nouvelles expériences.

Finalement, il suffisait de replacer l’humain au cœur du tourisme pour le rendre authentique ! Ce recentrage de l’humain au cœur des services ainsi que cette recherche de l’authenticité sont autant de marqueurs d’une société qui commence tout juste à émerger. Les nouveaux acteurs de l’économie du partage comme Airbnb ou encore Blablacar mettent ainsi la dimension humaine au cœur de leur offre. Il s’agit non seulement d’économiser sur un trajet ou un hébergement mais aussi de faire le choix d’un service « collaboratif », axé sur l’échange et la rencontre avec autrui. Ainsi, selon un sondage Harris Interactive réalisé du 15 au 22 octobre 2014 auprès d’un échantillon de 1 000 Français de plus 15 ans, 36 % des français ont déjà fait appel aux services d’autres particuliers, à titre onéreux ou non, et 29 % ont déjà proposé les leurs.

Jerry, mercredi 19 août 2015

User Profile Picture

À propos de Jerry

Je suis un 24 ans, étudiant en école de commerce, et j'ai toujours vécu à Paris. Même si Paris reste mystérieux pour moi, et je continue à découvrir de nouveaux secrets chaque jour. C'est pourquoi j'a I am a 24 year old business school student, and I have always lived in Paris. Even though, Paris remains mysterious to me, and I keep on discovering new secrets each day. That's why I chose a speciali

Préparez une visite avec Jerry

Visitez Paris avec...

Articles similaires

Découvrons Paris ensemble

Découvrons Paris ensemble

« A vos marques ? Partez ! » Et c’est parti pour 3 jours fous de course à la photo des symboles de Paris. Tour Eiffel, Notre Dame, Montmartre… vite vite, il faut avoir tout pris en photo avant de partir ! C’est malheureusement assez significateur d’un comportement pulsionnel et moutonnier qui semble s’appliquer à un grand nombre des touristes.C’est véridique ! Tapez #paris sur Twitter ou Instagram, vous tomberez majoritairement sur des photos de la Tour Eiffel, Notre Dame de Paris, les quais de Seine… C’est ce que proposent ces fameux Bus à double étages. Pendant deux heures vous êtes promenés dans Paris autour des lieux incontournables de la capitale. On est ravi d’être ballotté sur les sièges en plastique qui à force nous cassent le dos (un peu), d’écouter des commentaires plats sur chacun des endroits devant lesquels on passe, car il faut aller vite dans les rues de Paris ! Vos photos sont pour la plupart mal cadrées car le chauffeur de bus en a un peu ras le bol de freiner dix fois par jours devant le Grand Palais, et vous ne savez toujours pas quelle était la fonction du Musée d’Orsay autrefois… C’est vraiment dommage car Paris a bien plus à vous offrir ! La critique est un peu dure mais vous avouerez qu’on sort rarement de ce bus avec le sourire jusqu’aux oreilles et le sentiment d’avoir vécu quelque chose d’incroyable. Paris est une ville vivante, regorgeant de secrets dissimulés dans chacune de ses rues. Ils ne sont certainement pas accessibles en bus ! Ces secrets sont les trésors de Paris, et les parisiens sont les seuls à en détenir les clés… C’est à ce moment précis que Cariboo intervient.Passez à l’heure locale et vivez une expérience inoubliable ! On découvre Paris quartier par quartier en compagnie de l’un de ses habitants qui s’y connait d’ailleurs bien mieux que les guides présents à bord de ces fameux bus (on les aime vraiment pas) ! Le guide local, le Cariboo, vous emmène dans les petits endroits cachés de la capitale, ceux qui ne sont pas présentés dans les livres de tourisme. Chez Cariboo nous sommes persuadés qu’une ville regorge de secrets dont les gardiens sont ses propres habitants. Partez à leur rencontre avec Cariboo ! Tout est personnalisé, on choisit son guide (rien qu’à nous) et on voit avec lui les endroits et quartiers que l’on a envie de voir… Moi j’aime bien les petits plaisirs sucrés, les pâtisseries : pas de problème ! Laure, 26 ans, partage le même amour pour les petites douceurs et saura très bien guider vos papilles vers les meilleures boulangeries de la capitale ! Moi je suis plutôt branché films, c’est mon dada… On vous recommande Pierre, 21 ans ! Ce passionné de cinéma vous emmène faire un tour de Paris avec toutes ses anecdotes sur les films tournés dans la ville lumière. Vivez les visites autrement, avec la promesse de rentrer chez vous avec le sourire jusqu’aux oreilles ! Le must de ces visites hors sentiers battus, en dehors de vous tenir éloignés des pièges à touristes, est qu’on profite de Paris comme un vrai parisien avec des vraies bonnes adresses. Fini les restaurants aux prix exorbitants pour manger une bonne entrecôte, terminé les photos banales sans réelles histoires à raconter quand vous les regarderez en rentrant chez vous, au revoir à tous ces lieux où il y a plus d’Ipad en l’air que de pigeons… Laissez-vous emmener par un parisien amoureux de sa ville qui fera tout son possible pour vous faire passer un moment unique et une expérience atypique. Vous découvrirez que tous les parisiens ne sont pas de mauvaise humeur ! Cariboo prend soin de vous, faîtes leur confiance et allez faire une visite avec un de nos Cariboos !Ne soyez pas qu’un simple touriste, vivez local !

Vin à Paris, nos conseils pour mieux acheter

Vin à Paris, nos conseils pour mieux acheter

Bien que Paris ne produise que très peu de vin, la ville jouit d’une grande réputation chez les œnophiles cherchant à acquérir une précieuse bouteille...Certes, il y a le rayon vins du supermarché de quartier, présentant sans effort le fruit de négociations à coups de milliers de bouteilles avec de grandes maisons de négoce. Il y a encore des franchises telles que Nicolas ou le Repaire de Bacchus, offrant un choix pour tous les budgets, et un conseil plus éclairé qu’une simple contre-étiquette...Mais Paris ne dit pas son dernier mot. L’heure de la grande consommation est révolue : le bio, la biodynamie, et la mise en avant des petites productions progressent à grands pas... Partout, de petits cavistes voient le jour, innovants par leur sélection, leur présentation et leurs conseils.Lors d’une de mes visites avec un groupe de jeunes étudiants de Sciences Po Paris, j’ai eu le plaisir – et la chance – de rencontrer Isabelle, une de ces cavistes nouvelle génération. Récemment diplômée d’une formation en œnologie, elle a ouvert au cœur du VIIe arrondissement de la capitale une cave à la sélection rigoureuse, appelée « Les Petits Domaines ». Faisant la part belle aux petites productions provenant de l’ensemble des régions viticole françaises, elle vous conseillera sans détour sur le choix d’un vin, en concentrant son conseil sur vos envies, vos attentes, sans oublier les mets avec lesquels vous marierez le crû.Retrouvez cette cave de qualité au 208, rue de Grenelle à Paris VIIe.

11 petites histoires à connaître sur Notre Dame de Paris

11 petites histoires à connaître sur Notre Dame de Paris

Si Notre Dame s’impose aujourd’hui comme un symbole de Paris, il convient de se demander pourquoi ? Qu’est ce qui rend cet édifice si particulier dans le cœur des Parisiens et si intriguant aux yeux des touristes ? Cariboo a relevé 11 petites anecdotes à connaître sur ce Monument (sens propre et figuré) de la capitale. 1. Une vie de (seulement) 853 ans La construction de cette bâtisse démesurée a débuté en 1163 et c’est le pape Alexandre III qui pose la première pierre. Il a fallu plus de deux siècles pour qu’elle soit complètement terminée. En traversant tant d’années d’Histoire, sa longue vie n’a pas été de tout repos puisqu’elle a été vandalisée par les Révolutionnaires en 1789, puis restaurée. Elle a aussi été le témoin de nombreux évènements historiques comme le sacre de Napoléon 1er, le mariage d’Henri IV, les funérailles de François Mitterrand … 2. The place to be Notre Dame de Paris est visitée par plus de vingt millions de visiteurs par an, dont environ quatorze millions qui entrent dans la cathédrale. Ceci la place comme lieu le plus visité de Paris, de France et même d’Europe ! Par ailleurs, en plus de la visite de l’intérieur de la cathédrale gratuitement, il est est aussi possible de payer pour visiter la crypte et les tours, ainsi que de découvrir les trésors de la cathédrale. Comptez 7€ pour la crypte et 8,50€ pour les tours, et rien que pour l’expérience et la vue, croyez moi ça en vaut le coup ! 3. La crypte, lieu du retour dans le temps (Retour vers le futur ?) Notre Dame de Paris est pleine de surprises et vous laisse découvrir, dans la crypte archéologique, son parvis et ses alentours lorsqu’elle n’était pas encore là. En effet, grâce à un système d’animation 3D, vous pourrez voir toutes les étapes, une par une, de la construction de la Cathédrale, comme si vous y étiez ! La modernité au service du passé, génial non ? (C’est aussi le meilleur moyen d’occuper les enfants, mais chut c’est un secret) 4. Ici commence toutes les routes de France Le point zéro (aussi appelé kilomètre zéro – instant culture) est le commencement de toutes les routes d’un pays et il se trouve généralement dans la capitale. En France, le point zéro est situé sur le parvis de Notre Dame, qui se nomme la place Jean-Paul II. La classe non ? 5. La cathédrale a été… Un entrepôt Oui oui, un entrepôt, un garde-meuble, un (grand) placard et quand on voit l’intérieur aujourd’hui, nous aussi on a du mal à le croire. Cela s’explique par le fait que la Révolution Française et spécialement ses révolutionnaires n’ont pas été tendres avec Notre Dame de Paris. Après l’avoir pillée et saccagée, en détruisant quelques sculptures dans un mouvement anti-monarchique, la Cathédrale est restée telle quel pendant plusieurs décennies. Elle était alors considérée comme magasin de nourriture et de fourrage Ce n’est qu’en 1802, sous l’initiative de Napoléon Ier, que la Cathédrale connaîtra une première restauration succincte. C’est d’ailleurs à cet endroit qu’il se sacrera lui-même empereur en 1804. 6. Merci Victor Après Napoléon, Notre Dame de Paris doit sa notoriété en grande partie à Victor Hugo. En effet, suite à la parution de son roman « Notre Dame de Paris », mettant en scène les célèbres Quasimodo, Esméralda, Phoebus ou encore Frollo, et dont l’intrigue entière se déroule autour de la cathédrale, le peuple prend conscience de la richesse du lieu. Donc, en 1845, l’architecte Viollet-le-Duc s’attèle à la restauration totale de la Cathédrale, qu’il ne finira qu’en 1864. Bon, il est vrai qu’il y a aussi la comédie musicale, mais à moins que vous vouliez vraiment avoir la voix de Garou dans la tête toute la journée, nous n’en parlerons pas ici. 7. Les cloches ont des prénoms ! Pour l’occasion du 850ème anniversaire de Notre Dame, les dix cloches ont été renouvelées. Chaque cloche possède une sonorité qui lui est propre et a la particularité d’avoir un prénom. Elles se nomment respectivement : Emmanuel (anciennement Marie-Thèrese, C’est la cloche la plus importante, elle est aussi appelée le Bourdon), Marie, Gabriel, Anne-Geneviève, Denis, Marcel, Etienne, Benoit-Joseph, Maurice et Jean-Marie. Et tout ce petit monde pèse au totale 38485 tonnes soit le poids de 38 girafes, et donc pas moins de 1900 caribous ! 8. Une cathédrale tordue Eh oui ! Ca ne se voit pas vraiment et il faut s’attarder de manière importante sur l’architecture pour le remarquer mais la partie gauche de la façade est légèrement plus basse que la partie droite. Cela se verrait principalement au niveau de la rosace du côté du parvis. Certains pensent que ce léger affaissement est une référence au visage du Christ sur la croix, penché sur la gauche. 9. Un trésor dans la Cathédrale Notre Dame de Paris détient le plus grand trésor de la Chrétienté - rien que ça - puisqu’elle possède l’inestimable Couronne d’épine du Christ. L’histoire raconte que Saint Louis qui l’aurait acheté, au XIIIème siècle, à un banquier vénitien qui l’avait pris en gage à l’empereur byzantin Baudoin II. Pour l’acheter, Saint Louis a dépensé la moitié du budget annuel de la France. On ne peut pas vraiment dire que cela lui a porté bonheur puisqu’il est mort en croisade, à Tunis. 10. Le paradoxe de Biscornet L’histoire raconte que l’artisan Biscornet chargé d’effectuer la porte principale de Notre Dame de Paris, les plus imposantes, aurait fait un pacte avec diable pour créer les gravures de fer présentes sur la porte. On raconterait aussi que lors de son installation, cette dernière refusait de s’ouvrir et qu’il a fallut y jeter de l’eau bénite pour parvenir à rentrer. Etrange histoire que de faire un pacte avec le diable pour se rapprocher de Dieu. 11. Saint Marcel combat le Dragon Saint Marcel était le patron de Paris au Vème siècle, à qui on prêtait la particularité d’avoir des pouvoirs de guérisons. Il est présent de manière sculptée sur le côté Nord de Notre Dame de Paris. L’intégralité de sa vie est gravée autour de la grande porte rouge. Vous pourrez même le voir se battant contre un dragon, sur le côté droit de la porte. La légende rapporte qu’il aurait vaincu ce dragon grâce à trois coups de sa crosse.

Cariboo aime Le Petit Tou

Cariboo aime Le Petit Tou

Vous visitez bientôt Toulouse? N'hésitez pas à prendre un Cariboo Toulousain.Mais qu'adviendra-t-il de vous une fois la visite terminée? Cariboo a déniché pour vous un petit trésor: Le Petit Tou !Le Petit Tou est le city-guide gratuit le plus diffusé à Toulouse avec 120.000 exemplaires en 2015. Le guide est réalisé par une équipe composée de 50 étudiants bénévoles de la célèbre école de commerce Toulouse Business School qui s'affairent tout au long de l’année pour dégoter les meilleures adresses de la ville rose. Afin de ne contenir que de vrais bons plans, ces étudiants ont entrepris de tester anonymement plus d'un millier d’établissements au travers de la ville, qui sont par la suite sélectionnés de manière totalement indépendante... et subjective.Cette liberté d’appréciation des établissements est leur marque de fabrique: le ressenti prime avant tout et les testeurs se comportent et considèrent comme des Toulousains lambda !Afin de ne créer qu'un concentré de plaisir, Le Petit Tou est seulement le guide des bons plans. Vous ne trouverez pas de critiques négatives à travers leurs 300 pages, il ne vous livrera que les meilleures adresses !Alors pour profiter d'une belle expérience à Toulouse, que vous soyez visiteur ou habitué, la recette gagnante c'est Cariboo + Petit Tou!

S'inscrire avec Google

- ou -


- ou -