Articles en vedette

Le saviez-vous ? Élan, caribou, cerf, renne… qui sont-ils vraiment?

Le saviez-vous ? Élan, caribou, cerf, renne… qui sont-ils vraiment?

Avouez-le, vous ne savez pas réellement la différence entre tous ces animaux à cornes ressemblant plus ou moins à des chevaux. Nous allons être honnêtes avec vous, nous avons appris beaucoup de choses aussi ! C’est pourquoi nous profitons de cet article pour partager nos connaissances en matière d’animaux (promis ce n’est pas ennuyeux). Pour commencer il faut savoir que le renne, l’élan, le caribou, le cerf… appartiennent à la grande famille des cervidés. Les cervidés appartiennent eux-mêmes à la famille des mammifères ruminants et possèdent un nombre pair de doigts. Rentrons dans le vif du sujet à présent ! Le plus connus des cervidés est le cerf et plus précisément le cerf élaphe. Ce cher petit animal (1,50m en général), vit principalement en Europe (peut être des Cariboo à Paris ?), en Afrique du Nord, en Asie et en Amérique du Nord. Pour chacune des régions où il se trouve, son nom est différent mais les origines restent les mêmes ! Par exemple, le wapiti en Amérique du Nord appartient à la famille des cerfs élaphes ! Passons au plus grand des cervidés : l’élan. Mesurant près de 2 mètres, il peut peser jusqu’à 700kg pour un mâle adulte. Ses bois palmés peuvent peser jusqu’à 20kg et mesurer près de 1,60m de largeur ! Autant vous dire qu’il ne faut pas trop le chercher ! Ce géant des forêts vit en Sibérie, en Scandinavie et en Amérique du Nord. Il est souvent nommé orignal sur le continent nord-américain. Le meilleur pour la fin… Le Rangifer tarandus ! Comment ça vous ne savez pas que c’est le nom scientifique pour le caribou ?! En réalité le caribou est plus communément appelé renne. Le renne vit dans les régions arctiques d’Europe et d’Asie, mais également celles d’Amérique du Nord sous le nom de caribou. Le renne est le seul cervidé à avoir été domestiqué par l’homme (par le père noël par exemple). Pour terminer, nous voudrions vous fournir quelques détails sur les bois des cervidés et non pas des cornes ! Saviez-vous que les bois de ces animaux majestueux sont des os ? Les cornes sont, elles, à base de kératine comme nos cheveux ! Les bois de chacun de ces cervidés tombent une fois par an, puis repoussent en étant recouvert d’un tissu (comme du velour) afin d’assurer la protection de ces derniers pendant leur croissance! Généralement seulement les mâles cervidés portent des bois. Chez le renne et le caribou, les femelles en portent aussi. On vous avait dit qu’on était unique ! Voilà, si vous voulez rencontrer d'autres types de Cariboo locaux, ça se passe par ici : Cariboo à ParisCariboo à BordeauxCariboo à Marseille

Une balade effrayante au cimetière du Père Lachaise

Une balade effrayante au cimetière du Père Lachaise

A l’est de Paris, et loin de l’agitation de la ville, se trouve le cimetière du Père Lachaise. S’étendant sur 44 hectares, ce cimetière est l’endroit idéal pour échapper à la clameur de la capitale et pour se balader dans un havre de paix insolite. C’est aussi la dernière demeure de nombreux écrivains, musiciens et politiciens. Donc si vous cherchez quelque chose d’insolite à faire à Paris, visitez le cimetière Père Lachaise pour vivre une expérience unique.Visitez le cimetière du Père Lachaise avec Laure, une de nos guides Cariboos. Elle habite juste à côté et elle a le chic pour trouver tous les meilleurs endroits dans le quartier !Le nom de ce cimetière est une référence directe au Père François de la Chaise, le confesseur de Louis XIV, qui a vécu a cet endroit avant la construction du cimetière. En 1804, c’est Napoléon qui a ouvert le nouveau cimetière. Cependant, il a fallu quelques années pour que ce site devienne populaire. En effet, beaucoup ont estimé qu’il était situé trop loin du centre de Paris.Déçu par le manque d’intérêt porté au nouveau cimetière, les autorités ont déplacés les cercueils de Molière et de La Fontaine sur le site. Cette décision s’est avérée être très efficace. Il a d’ailleurs fallu agrandir le cimetière 5 fois de suite afin de pouvoir accueillir le nombre croissant de tombes. Aujourd’hui il y a plus d’un million de corps enterrés au Père Lachaise, ce qui le rend ainsi le plus grand cimetière de Paris.De nombreuses personnes connues ont été enterrées à Père Lachaise au cours des siècles. C’est d’ailleurs le cimetière le plus fréquenté au monde. Les tombes les plus visitées sont celles de Jim Morrison et Oscar Wilde. La chanteuse Édith Piaf et les écrivains Balzac et Proust attirent également les foules. Aujourd’hui, le Père Lachaise reçoit encore des demandes d’enterrement, bien que les places soient maintenant très limitées.Par son histoire, Le Mur des Fédérés est également intéressant. Le 28 mai 1871, après une bataille violente avec l’armée versaillaise en plein milieu du cimetière et des tombes, 147 fédérés ont été alignés devant un mur et fusillés. Ce mur est devenu un mémorial en mémoire des victimes, ainsi qu’un symbole de la lutte du peuple en faveur la liberté.

Top 5: Bars cachés de Paris

Top 5: Bars cachés de Paris

Les bars clandestins ont connu un grand succès pendant la Prohibition aux Etats-Unis. Ces établissements ont vendu de l’alcool de contrebande, souvent en prétendant exercer une autre activité. Même si la Prohibition n’est plus d’actualité depuis longtemps, les bars clandestins existent toujours, imitant l’esprit secret de cette époque. Paris ne fait pas exception à cette tendance – il y a des bars cachés partout dans la capitale. Il suffit juste de savoir où les trouver… 1) Lavomatic En entrant dans le Lavomatic, on se retrouve dans une laverie tout ce qu’il y a de plus normal. Mais, la réalité est toute autre. Le véritable attrait de cet endroit est caché derrière une porte déguisée en sèche-linge. Une fois que vous avez trouvé le bouton secret, vous pouvez monter l’escalier et vous vous retrouverez dans un petit bar charmant. Il compense sa petitesse par une ambiance extraordinaire. Le personnel sympa vous accueillera et il y a une sélection de cocktails à un prix raisonnable. Le Lavomatic ouvre à 18h – assurez-vous d’arriver tôt pour une place assurée. Lavomatic, 30 Rue René Boulanger 75010 2) Moonshiner Si les portes cachées sont votre tasse de thé, le Moonshiner est votre future destination. Entrez dans le restaurant Pizza Da Vito et marchez jusqu’au frigo au milieu de la pièce. Ouvrez la porte, passez par le frigo (!), et vous vous retrouverez dans un véritable bar « clandestin ». La décoration imite le style discret des années vingt, avec des verres rétros et une playlist jazz. Si vous voulez remonter dans le temps, ce bar est fait pour vous ! Moonshiner, 5 Rue Sedaine 75011 3) Experimental Cocktail Club L’Experimental Cocktail Club est un vétéran des bars cachés de Paris, mais il est toujours très populaire. Depuis son ouverture, en 2007, ce bar n’a pas fait beaucoup de publicité et compte exclusivement sur le bouche à oreille pour attirer les foules. Comme son nom l’indique, les véritables atouts de ce bar sont ses cocktails. Donc n’hésitez à commander hors menu – le personnel est plus que performant et capable de tout! Le seul inconvénient : c’est l’un des secrets les plus mal gardés de Paris, alors préparez-vous à de longues attentes. Experimental Cocktail Club, 37 Rue Saint-Saveur 75002 4) Le Ballroom du Beef Club Non satisfait du succès de leur premier bar, les créateurs du Experimental Cocktail Club se sont embarqués dans leur deuxième projet de bar clandestin : Le Ballroom du Beef Club. Caché au sous-sol, derrière une porte non marquée, Le Ballroom est faiblement éclairé et possède des chaises en velours. Les cocktails sont de très haute qualité et l’ambiance n’a pas son pareil. C’est l’endroit idéal pour une soirée insolite ! Le Ballroom du Beef Club, 58 Rue Jean-Jacques Rousseau 75001 5) Little Red Door Caché dans une petite ruelle du Marais se trouve le Little Red Door. Sa façade discrète, composée seulement d’un mur blanc et d’une porte rouge, est un signe de reconnaissance pour les initiés. Entrez et vous trouverez un petit bar décontracté, à la décoration colorée, mais de bon goût. Le Little Red Door propose une petite sélection de cocktails bien élaborés et des casse-croûtes fantastiques. En plus, le personnel choisit la musique pour s’adapter à l’ambiance, ce qui signifie qu’il n’y a pas deux visites semblables ! Little Red Door, 60 Rue Charlot 75003

Devenir auto-entrepreneur, en deux pas.

Devenir auto-entrepreneur, en deux pas.

Le statut d'auto-entrepreneur permet de travailler de manière indépendante en toute légalité. Ce statut est obligatoire pour recevoir des demandes de visites sur Cariboo qui est désormais statué comme agence de voyage. Si tu n'es pas déjà auto-entrepreneur, saches que c'est gratuit et que ça ne prend que quelques minutes à obtenir! Voici la démarche à suivre : Rendez-vous sur : le portail officiel des auto-entrepreneurs puis cliques sur "Déclarer votre début d'activité". Il faut ensuite remplir le formulaire qui apparaît à l'écran. Catégories Nous suggérons les catégories ci-dessous car elles sont adaptées à ce que vous pouvez proposer sur Cariboo. Tu es évidemment libre de proposer ce que tu souhaites. Dans "Domaine d'activité", indiques "Loisirs, Animation, Cours de sport". Dans "Choisissez votre activité", indiques "Animateur Culturel Indépendant". 1- Début Choix par défaut. Pas besoin de parler d'une activité non salariée. 2- Personne Il s'agit là de rentrer ses infos personnelles classiques. 3-4-5- Conjoint - Demande D'ACCRE - EIRL Normalement, tu n'as rien à cocher pour le conjoint, à moins que ce dernier t'aide très souvent dans l'organisation de tes visites. Coches la demande d'ACCRE pour réduire tes cotisations sociales. Une pop-up va apparaître pour que tu télécharges et remplisses le formulaire correspondant. Tu peux savoir si tu es éligible en lisant cet article des Services Publics. Nous déconseillons de cocher l'option EIRL. 6-7 Lieu d'exercice et activité Mets bien un début d'activité avant le début de ta première visite. Pour la nature, nous suggerons de mettre "Autre" puis "Visite guidée". 8- Déclaration sociale Il est plus simple de choisir un versement "trimestriel". Ensuite tu vas devoir indiquer si tu es auto-entrepreneur exclusivement, ou si tu gardes une autre activité principale. Attention, ce choix va déterminer ton appartenance à un régime de sécurité sociale. Si tu coches "activité auto-entrepreneur exclusive", tu indiques que tu exerces seulement ton activité d'auto-entrepreneur, et donc, tu seras rattaché automatiquement au RSI. Mais de nombreux autres cas sont possibles. Tu peux par exemple être demandeur d'emploi. Coche alors "Autre", et indique "Demandeur d'emploi" sans oublier d'indiquer ton régime d'assurance maladie actuel pour le garder. Dans la case, "organisme conventionné", choisis l'organisme qui va gérer ton assurance maladie, procéder à tes remboursements de maladie, enregistrer tes droits à la retraite si tu fais assez de chiffre d'affaires... Il n'y a pas de grande différence entre chacun, choisis selon ta préférence. 9-10-11 Suite et fin C'est plus avantageux de ne pas choisir le prélèvement libératoire de l'impôt sur le revenu. Mais c'est également plus simple. À toi de voir. Donner son adresse email de contact préférée, valider, puis envoyer une copie de sa carte d'identité. Terminé ! Penses bien à imprimer ou sauvegarder le document final obtenu, il te servira notamment pour ta demande d'ACCRE. Après l'inscription en ligne, tu recevras ton numéro SIRET au bout de deux semaines environ. Tu peux vérifier régulièrement le site societe.com en tapant ton nom et ton prénom, tu devrais voir apparaître ton auto-entreprise au bout d'une dizaine de jours. Cet article est inspiré des conseils pour devenir autoentrepreneur de side.co."Side sélectionne pour votre entreprise en quelques heures les meilleurs indépendants et freelances, et automatise les démarches administratives."

Articles récents

Jardins secrets de Paris : verdure et quiétude

Jardins secrets de Paris : verdure et quiétude

Monceau, les Buttes Chaumont, André Citröen… De splendides parcs parisiens qui nous sont chers en apportant de beaux espaces de verdure au cœur de la capitale. Malheureusement, lorsqu’on cherche un brin de tranquillité pour profiter de son week-end en toute quiétude, ces grands parcs sont à fuir, car ultra-fréquentés dès que le soleil pointe le bout de son nez. Pour profiter d’un coin de verdure au calme, Cariboo vous partage les plus beaux jardins secrets de Paris, à la fois méconnus et planqués à l’abri des passants. Au diable le bruit et vive la sieste au soleil ! Le jardin naturel Le jardin naturel est collé au cimetière du Père Lachaise. Calme et dépaysant, celui-ci se distingue des autres parcs de Paris où on reconnaît clairement le jardin « à la française », avec des haies lisses et bien taillées, des plantations symétriques, et un entretien exemplaire. Ici, place au jardin à l’anglaise pour une nature beaucoup plus foisonnante et laissée à elle-même : pas d’arrosage ni de tonte dans cet espace vert, qui porte donc fièrement son nom. Les herbes et arbustes poussent comme bon leur semble et offrent un paysage différent de ce que l’on peut retrouver dans les autres jardins de la capitale. Idéal pour se recentrer au calme et se réconcilier avec la nature en dehors du tumulte parisien. Adresse : Jardin naturel – 120, rue de la Réunion, 75020 Le jardin de la maison Balzac Si vous êtes d’humeur littéraire, le jardin de la maison de Balzac est un lieu charmant où l’on peut apprécier de passer la journée en toute quiétude. Il est intéressant de rappeler que ce jardin planqué soit celui d’une maison à l’origine entièrement secrète ! Logeant dans la maison sous un pseudonyme afin d’éviter d’être retrouvé par ses créanciers, Balzac prévoyait de passer par l’appartement du dessous pour filer ni vu ni connu par la rue Breton au cas où l’un d’eux le retrouverait. Le charmant jardin de cette maison aménagée en musée est, aujourd’hui encore, suffisamment planqué pour rester secret de la plupart des touristes et parisiens. On peut y apprécier le soleil en se posant confortablement sur les chaises et bancs spécialement prévus à l’extérieur. Un moment de détente très appréciable, après la visite de la maison qui vaut au moins tout autant le coup. Adresse : Maison de Balzac - 47 Rue Raynouard, 75016 Le jardin du Panthéon Bouddhique Annexe du musée Guimet, le Panthéon Bouddhique abrite un jardin secret à l’ambiance 100% zen qui rappelle la sérénité de la culture bouddhiste. Entre les bambous, les jolies dalles de pierre, et l’ambiance salon de thé, on se retiendrait presque de prendre la position du Lotus pour se laisser pleinement porter par l’atmosphère des lieux. Adresse : Panthéon Bouddhique – 19 avenue d’Iéna Le jardin des Rosiers Si vous recherchez un jardin secret à l’abri du bruit des klaxons, le jardin des rosiers est tout indiqué ! Pour y accéder, il faut passer par la cour de la Maison de l’Europe. C’est parce qu’il est si bien planqué que ce jardin fait partie des plus secrets et des plus calmes de Paris. Agrandi en 2014, il nous offre dorénavant 2000 m2 d’espace vert pour profiter du beau temps. Seul, en famille, en amoureux ou entre amis, c’est le lieu idéal pour se ressourcer tranquillement loin de l’affluence des grands parcs. A garder rien que pour vous si vous voulez garder ce jardin secret ! Adresse : 10, rue des Rosiers ou 35-37, rue des Francs-Bourgeois - 4e Le jardin de la Grande Mosquée de Paris Envie de voyager en profitant du plus exotique des jardins de Paris ? Pour un dépaysement garanti, rendez-vous dans le jardin de la Grande Mosquée de Paris ! C’est sur 7500m2 que celui-ci s’étend, pour le plus grand bonheur des parisiens en recherche d’un lieu de détente. Les jardins de la Mosquée proposent un service de thé marocain, à déguster à l’ombre des orangers, pour une ambiance orientale garantie. On poussera peut-être l’après-midi cocooning jusqu’à aller se faire un petit hammam pour bien décompresser… Adresse : 2 bis, place du Puits-de-l'Ermite - 5e Le jardin du musée de la vie romantique Oui, Pigalle nous réserve aussi des adresses précieuses pour les adeptes de romantisme ! Au cœur du jardin secret du musée de la vie romantique, on peut déguster un excellent thé au milieu de jolis rosiers et fushias, à l’ombre de beaux arbres, dans un véritable havre de paix. L’idéal pour faire une pause loin de la chaleur pendant les journées de canicule. Adresse : 16 rue Chaptal, 75009 Paris

Quand Paris se retrouve Sous les fraises

Quand Paris se retrouve Sous les fraises

Qui a dit qu’il était impossible de marier l’urbanisme avec l’agriculture ? Nos start-ups ont de la ressource et ont plus d’un tour dans leur sac. Début 2018, c’est l’entreprise parisienne « Sous les fraises » qui a sorti sa première marque en rayon, Farmhouse. Nougats à la fraise et à la framboise, bonbons au miel et bières artisanales sont de la partie et prouvent qu’il est possible de faire pousser des fruits et légumes bio sans pesticides sur les toits parisiens, et de les introduire dans de nouvelles recettes. Une expérience édifiante qui mérite que l’on s’y attarde. Le concept de la start-up Sous les Fraises Depuis 7 ans, Sous les fraises revendique une nouvelle volonté : celle de produire des fruits et légumes en ville. Mais le concept ne s’arrête pas là. Les cultures de saison de l’entreprise se font en hauteur, à la verticale, et permettent finalement de créer de nouveaux espaces verts.Des légumes exposés à la pollution ? De prime abord, il est normal d’avoir certaines réticences à manger des légumes ayant été exposés à la pollution parisienne tout au long de leur culture. Pourtant, malgré l’atmosphère urbaine, la culture à la verticale permet justement de réduire drastiquement le contact avec les polluants portés par la pluie. Les fraises, par exemple, n’ont pas le temps de s’imprégner de ces polluants, comme le démontrent les analyses menées par l’entreprise. Car pour proposer des produits transformés, la start-up a dû au préalable mener de rigoureuses enquêtes sur les normes alimentaires à respecter. L’occasion de confirmer avec une certitude absolue que les fruits et légumes cultivés sur les toits parisiens n’étaient pas touchés par la pollution et pouvaient être consommés sans risque pour la santé. Une agriculture urbaine et écolo Le plus étonnant dans la technologie d’agriculture utilisée est qu’elle ne nécessite aucune terre. La membrane supportant la culture est fabriquée à partir de laine de mouton, de chanvre, de compost, et de micro-organismes récupérés dans l’eau de la ville et les déchets. Ces derniers permettent de consommer la matière organique et de la transformer en matière minérale, qui favorise le développement des cultures. Très écologique, la technologie utilisée permet donc de recycler l’eau de Paris (le support retenant jusqu’à 15 litres par mètre carré) ainsi que ses déchets. Son coût représente environ 205 euros par mètre carré, mais peut être exploité pendant une dizaine d’années. Que demande le peuple ? Merci pour les toits parisiens !Sous les fraises propose un modèle d’agriculture durable extrêmement intéressant pour permettre aux français de consommer encore plus de fruits et légumes au fil des années à venir. Et cela n’est pas pour déplaire aux parisiens, qui ont vu leur ville verdir ces dernières années. Car aujourd’hui, l’entreprise est composée de pas moins de 15 salariés et a déjà installé plus de 10 000m2 de jardins urbains. Les principales fermes agricoles de l’entreprise sont celles des Galeries Lafayette Hausseman, du BHV, ainsi que des sièges sociaux de Nexity Unibail et CNN. Une aubaine pour les parisiens qui rêvent de voir un peu de campagne s’immiscer dans la ville. Sous les Fraises : des produits hauts de gamme En plus des fruits et des légumes, Sous les fraises cultive également de nombreux aromates. Désormais, plus d’une cinquantaine de chefs parisiens passent commande auprès de l’entreprise pour poser des options sur une plante ou une herbe particulière, tant la qualité est au rendez-vous. Paris n’est pas seulement sous les fraises, mais plus globalement, sous de bons petits potagers à la frenchy ! La gamme de produits Farmhouse, qui connaît déjà un franc succès, est sur le point de faire passer l’entreprise au niveau supérieur, bien que celle-ci s’impose déjà comme le leader européen de la production de végétaux comestibles en ville. La biodiversité au cœur du projet Malgré ses ambitions et sa recherche de rentabilité, l’hyper production ne fait pas partie des plans de la start-up Sous les fraises, qui affiche haut et clair son choix de respecter la biodiversité. Le but est davantage d’étendre les surfaces pour offrir davantage de plantations urbaines à la ville de Paris. Yohan Hubert, patron et fondateur de l’entreprise, estime que celle-ci aura 20% de ses toitures « sous les fraises » d’ici une dizaine d’années, contre 60% à 70% dans 20 ans. Un signe que notre belle capitale est en passe d’évoluer pour faire bouger les lignes et insuffler une nouvelle dynamique éco-responsable.

Les origines de la Conciergerie de Paris

Les origines de la Conciergerie de Paris

Assez peu visitée, la Conciergerie de Paris fait pourtant partie des immanquables de la capitale. La plus ancienne prison de France nous rappelle les instincts les plus sauvages de nos ancêtres. Car malgré sa beauté architecturale et son exposition lumineuse le long des quais de Seine, l’histoire de la Conciergerie de Paris est essentiellement sanglante et empreinte de quelques exécutions à mort qui ont définitivement marqué ses murs. Pourtant, à l’origine, le bâtiment laissait présager un destin infiniment moins sombre. Retour sur les origines de la Conciergerie de France, un trésor architectural français dont beaucoup de touristes ignorent l’histoire. Le palais des rois Construite au Xe siècle, la Conciergerie de Paris est au départ le Palais de la Cité, siège du pouvoir des capétiens. Remercions Philippe IV le Bel pour l’avoir ingénieusement remodelé et pensé cette sublime architecture gothique. Absolument immense, le Palais de la Cité contient alors également l’actuel Palais de Justice, mais aussi la Sainte Chapelle, que l’on doit à Saint Louis. L’Ile de la Cité, un bon point de repli La Conciergerie de Paris est nichée sur l’Ile de la Cité, un lieu qui n’a pas été choisi au hasard, puisque celle-ci a toujours eu une place particulière dans la vie de Paris. Perçue comme un endroit idéal pour se réfugier dès l’invasion des barbares, elle offre en effet un cadre idéal pour se protéger derrière un mur défensif. Au VIe siècle, Clovis lui-même y installe sa demeure royale, estimant que le lieu est idéal pour assurer sa protection. C’est dans cet esprit que le Palais de la Cité est construit, et offrira une résidence parfaite pour protéger nos rois pendant près de 4 siècles. La Conciergerie : l’origine du nom On est en droit de se demander comment le Palais de la Cité s’est soudain transformé en « Conciergerie », tant le nom nous paraît à des antipodes de désigner une résidence royale. En réalité, la réponse est bien plus simple qu’il n’y paraît. En effet, à partir de la fin du XIIIe siècle, le Palais de la Cité devient le logement du Concierge du Palais. On serait tentés de croire en l’incroyable signe de reconnaissance des rois pour avoir donné au Palais de la Cité l’appellation de leur homme de main. Sauf qu’à l’époque, le terme de « concierge » recouvre un sens très différent, et n’a strictement rien à voir avec la personne que nous considérons aujourd’hui comme notre concierge. A la fin du XIIIe siècle, un Concierge est en effet un haut personnage du royaume. Celui-ci est nommé par le roi pour assurer l’ordre, la police d’Etat, et enregistrer les prisonniers. Une version à l’ancienne, si l’on peut s’exprimer ainsi, de notre ministre de l’intérieur. Alors qu’en 1370, le bâtiment devient une prison, il n’est pas illogique de garder le terme de Conciergerie, en référence au métier de gardien de prison (que l’on appelle aussi « géôlier », soit dit en passant). Depuis, ce nom n’a plus quitté le bâtiment. La Conciergerie est restée fidèle à elle-même, bien qu’à notre connaissance, plus personne n’y soit emprisonné, et que les seuls gardiens postés devant se chargent surtout d’accueillir les gentils touristes. Un passé funeste Fidèle à son tempérament innovateur qu’on lui connaît si bien, Charles V préfère abandonner le Palais de la Cité pour lui préférer l’Hôtel Saint-Pol et reconvertir le bâtiment en prison d’Etat. L’administration du roi (Parlement, Chancellerie, Chambre des Comptes) y est cependant conservée. Des cachots minuscules sont alors réservés aux prisonniers, qui y restent sagement jusqu’à ce que soit venu leur passage à la guillotine devant une foule de spectateurs impatients. Pendant la révolution, les grands procès de la Terreur remplissent les cachots, qui peuvent alors accueillir jusqu’à 1000 prisonniers pour faire un grand ménage parmi les traîtres à la République. Maintenant que celle-ci a pris sa retraite, elle permet aux touristes et habitants parisiens de porter un regard différent sur la Révolution Française, afin de n’en oublier aucun aspect, et de se rappeler aussi bien de sa bataille démocratique que du bain de sang provoqué. ____________________________________________________________________________________________ Envie d'en savoir encore plus sur la Conciergerie ? Notre Cariboo Tarik propose actuellement une visite des Fantômes & Mystères de Paris autour de ce lieu et bien d'autres !

Marseille - Un quartier : Endoume

Marseille - Un quartier : Endoume

Une mosaique de quartiers compose Marseille. Du nord au sud de la ville, vous passerez de quartiers en quartiers en découvrant les noms de ces anciens petits villages agglomérés pour constituer la seconde ville de France. Au centre de la ville, en prenant la longue corniche Kennedy qui joint le Pharo aux plages du Prado, vous traverserez le quartier d'Endoume. Ambiance petit village de pêcheurs avec accès direct à la mer. Les petites ruelles fleuries cheminent à travers le quartier et vous font parvenir à des criques isolées idéales pour la bronzette ou la contemplation. Endoume se compose d'une partie haute, autour de son église. Un bus vous y amènera du centre-ville. Faites un tour dans un des quartiers les plus authentiques du centre-ville. Descendez vers la mer. Vous arriverez alors vers l'anse de Malmousque et celle de Maldormé. Un petit port de carte postale, des rochers très fréquentés en été mais déserts au petit matin et plus calmes en début de soirée, le cadre est parfait. L'horizon se déploit devant vous et l'odeur des bougainvilliers de jardins voisins emplissent vos narines. Dans votre dos, des cabanons aux volets colorés. Les plus fougueux envisageront de rejoindre les îles du Frioul à la nage mais se retrouveront bien essouflés sur le rocher des pendus ! Dépaysement assuré en plein coeur de Marseille. La légion étrangère y a installé ses quartiers, tout comme le CNRS. Tout le reste des lieux est à vous. Le Vallon des Auffes plus au nord vaut le coup d'oeil également. Petit port de pêche plus touristique, encaissé sous un pont, l'eau est cristalline et les cabanons de pêcheurs prennent vie lorsque ceux-ci reviennent du large. Vous voulez du pittoresque, vous en avez. Non loin de là enfin, le monument aux morts d'Orient fait face au large, le regard posé sur la rive voisine de la méditerranée, si loin et si proche à la fois. Plus d'informations sur : http://www.endoume.fr/ Pour une baignade optimale, privilégiez Malmousque à Maldormé. L'eau à Maldormé est souvent très froide et le soleil disparaît en fin de journée en raison de l'exposition de la plage. Article initialement publié sur Guides face b

S'inscrire avec Google

- ou -


- ou -