Articles en vedette

Le saviez-vous ? Élan, caribou, cerf, renne… qui sont-ils vraiment?

Le saviez-vous ? Élan, caribou, cerf, renne… qui sont-ils vraiment?

Avouez-le, vous ne savez pas réellement la différence entre tous ces animaux à cornes ressemblant plus ou moins à des chevaux. Nous allons être honnêtes avec vous, nous avons appris beaucoup de choses aussi ! C’est pourquoi nous profitons de cet article pour partager nos connaissances en matière d’animaux (promis ce n’est pas ennuyeux). Pour commencer il faut savoir que le renne, l’élan, le caribou, le cerf… appartiennent à la grande famille des cervidés. Les cervidés appartiennent eux-mêmes à la famille des mammifères ruminants et possèdent un nombre pair de doigts. Rentrons dans le vif du sujet à présent ! Le plus connus des cervidés est le cerf et plus précisément le cerf élaphe. Ce cher petit animal (1,50m en général), vit principalement en Europe (peut être des Cariboo à Paris ?), en Afrique du Nord, en Asie et en Amérique du Nord. Pour chacune des régions où il se trouve, son nom est différent mais les origines restent les mêmes ! Par exemple, le wapiti en Amérique du Nord appartient à la famille des cerfs élaphes ! Passons au plus grand des cervidés : l’élan. Mesurant près de 2 mètres, il peut peser jusqu’à 700kg pour un mâle adulte. Ses bois palmés peuvent peser jusqu’à 20kg et mesurer près de 1,60m de largeur ! Autant vous dire qu’il ne faut pas trop le chercher ! Ce géant des forêts vit en Sibérie, en Scandinavie et en Amérique du Nord. Il est souvent nommé orignal sur le continent nord-américain. Le meilleur pour la fin… Le Rangifer tarandus ! Comment ça vous ne savez pas que c’est le nom scientifique pour le caribou ?! En réalité le caribou est plus communément appelé renne. Le renne vit dans les régions arctiques d’Europe et d’Asie, mais également celles d’Amérique du Nord sous le nom de caribou. Le renne est le seul cervidé à avoir été domestiqué par l’homme (par le père noël par exemple). Pour terminer, nous voudrions vous fournir quelques détails sur les bois des cervidés et non pas des cornes ! Saviez-vous que les bois de ces animaux majestueux sont des os ? Les cornes sont, elles, à base de kératine comme nos cheveux ! Les bois de chacun de ces cervidés tombent une fois par an, puis repoussent en étant recouvert d’un tissu (comme du velour) afin d’assurer la protection de ces derniers pendant leur croissance! Généralement seulement les mâles cervidés portent des bois. Chez le renne et le caribou, les femelles en portent aussi. On vous avait dit qu’on était unique ! Voilà, si vous voulez rencontrer d'autres types de Cariboo locaux, ça se passe par ici : Cariboo à ParisCariboo à BordeauxCariboo à Marseille

Une balade effrayante au cimetière du Père Lachaise

Une balade effrayante au cimetière du Père Lachaise

A l’est de Paris, et loin de l’agitation de la ville, se trouve le cimetière du Père Lachaise. S’étendant sur 44 hectares, ce cimetière est l’endroit idéal pour échapper à la clameur de la capitale et pour se balader dans un havre de paix insolite. C’est aussi la dernière demeure de nombreux écrivains, musiciens et politiciens. Donc si vous cherchez quelque chose d’insolite à faire à Paris, visitez le cimetière Père Lachaise pour vivre une expérience unique.Visitez le cimetière du Père Lachaise avec Laure, une de nos guides Cariboos. Elle habite juste à côté et elle a le chic pour trouver tous les meilleurs endroits dans le quartier !Le nom de ce cimetière est une référence directe au Père François de la Chaise, le confesseur de Louis XIV, qui a vécu a cet endroit avant la construction du cimetière. En 1804, c’est Napoléon qui a ouvert le nouveau cimetière. Cependant, il a fallu quelques années pour que ce site devienne populaire. En effet, beaucoup ont estimé qu’il était situé trop loin du centre de Paris.Déçu par le manque d’intérêt porté au nouveau cimetière, les autorités ont déplacés les cercueils de Molière et de La Fontaine sur le site. Cette décision s’est avérée être très efficace. Il a d’ailleurs fallu agrandir le cimetière 5 fois de suite afin de pouvoir accueillir le nombre croissant de tombes. Aujourd’hui il y a plus d’un million de corps enterrés au Père Lachaise, ce qui le rend ainsi le plus grand cimetière de Paris.De nombreuses personnes connues ont été enterrées à Père Lachaise au cours des siècles. C’est d’ailleurs le cimetière le plus fréquenté au monde. Les tombes les plus visitées sont celles de Jim Morrison et Oscar Wilde. La chanteuse Édith Piaf et les écrivains Balzac et Proust attirent également les foules. Aujourd’hui, le Père Lachaise reçoit encore des demandes d’enterrement, bien que les places soient maintenant très limitées.Par son histoire, Le Mur des Fédérés est également intéressant. Le 28 mai 1871, après une bataille violente avec l’armée versaillaise en plein milieu du cimetière et des tombes, 147 fédérés ont été alignés devant un mur et fusillés. Ce mur est devenu un mémorial en mémoire des victimes, ainsi qu’un symbole de la lutte du peuple en faveur la liberté.

Top 5: Bars cachés de Paris

Top 5: Bars cachés de Paris

Les bars clandestins ont connu un grand succès pendant la Prohibition aux Etats-Unis. Ces établissements ont vendu de l’alcool de contrebande, souvent en prétendant exercer une autre activité. Même si la Prohibition n’est plus d’actualité depuis longtemps, les bars clandestins existent toujours, imitant l’esprit secret de cette époque. Paris ne fait pas exception à cette tendance – il y a des bars cachés partout dans la capitale. Il suffit juste de savoir où les trouver… 1) Lavomatic En entrant dans le Lavomatic, on se retrouve dans une laverie tout ce qu’il y a de plus normal. Mais, la réalité est toute autre. Le véritable attrait de cet endroit est caché derrière une porte déguisée en sèche-linge. Une fois que vous avez trouvé le bouton secret, vous pouvez monter l’escalier et vous vous retrouverez dans un petit bar charmant. Il compense sa petitesse par une ambiance extraordinaire. Le personnel sympa vous accueillera et il y a une sélection de cocktails à un prix raisonnable. Le Lavomatic ouvre à 18h – assurez-vous d’arriver tôt pour une place assurée. Lavomatic, 30 Rue René Boulanger 75010 2) Moonshiner Si les portes cachées sont votre tasse de thé, le Moonshiner est votre future destination. Entrez dans le restaurant Pizza Da Vito et marchez jusqu’au frigo au milieu de la pièce. Ouvrez la porte, passez par le frigo (!), et vous vous retrouverez dans un véritable bar « clandestin ». La décoration imite le style discret des années vingt, avec des verres rétros et une playlist jazz. Si vous voulez remonter dans le temps, ce bar est fait pour vous ! Moonshiner, 5 Rue Sedaine 75011 3) Experimental Cocktail Club L’Experimental Cocktail Club est un vétéran des bars cachés de Paris, mais il est toujours très populaire. Depuis son ouverture, en 2007, ce bar n’a pas fait beaucoup de publicité et compte exclusivement sur le bouche à oreille pour attirer les foules. Comme son nom l’indique, les véritables atouts de ce bar sont ses cocktails. Donc n’hésitez à commander hors menu – le personnel est plus que performant et capable de tout! Le seul inconvénient : c’est l’un des secrets les plus mal gardés de Paris, alors préparez-vous à de longues attentes. Experimental Cocktail Club, 37 Rue Saint-Saveur 75002 4) Le Ballroom du Beef Club Non satisfait du succès de leur premier bar, les créateurs du Experimental Cocktail Club se sont embarqués dans leur deuxième projet de bar clandestin : Le Ballroom du Beef Club. Caché au sous-sol, derrière une porte non marquée, Le Ballroom est faiblement éclairé et possède des chaises en velours. Les cocktails sont de très haute qualité et l’ambiance n’a pas son pareil. C’est l’endroit idéal pour une soirée insolite ! Le Ballroom du Beef Club, 58 Rue Jean-Jacques Rousseau 75001 5) Little Red Door Caché dans une petite ruelle du Marais se trouve le Little Red Door. Sa façade discrète, composée seulement d’un mur blanc et d’une porte rouge, est un signe de reconnaissance pour les initiés. Entrez et vous trouverez un petit bar décontracté, à la décoration colorée, mais de bon goût. Le Little Red Door propose une petite sélection de cocktails bien élaborés et des casse-croûtes fantastiques. En plus, le personnel choisit la musique pour s’adapter à l’ambiance, ce qui signifie qu’il n’y a pas deux visites semblables ! Little Red Door, 60 Rue Charlot 75003Ces bars vous intéressent? Alan, un de nos Cariboos nightlife, va vous faire découvrir ces bars (et d'autres!)

Paris et ses immeubles factices

Paris et ses immeubles factices

90% des parisiens ne savent pas et n'ont jamais remarqué qu'il existait à Paris plus d'une dizaine d'immeubles totalement factices, servant de cache-misère à des entreprises publiques... Ou à de plus étranges desseins surnaturels...Qu'ils soient situés dans le frénétique 10e arrondissement ou dans le marais, ils passent tous inaperçus. Seuls quelques détails ne trompent pas: une porte de garage avec interdiction de stationner... suivie d'une porte d'entrée arborée du même signe d'interdiction de stationner... Pas de poignée, pas de serrure, pas de sonnette... Difficile d'accéder à cet immeuble de la rue d'Aboukir! Il s'agit d'une façade couvrant un énorme puits d'aération pour le réseau du métro parisien... Autre exemple, cette fois moins réaliste mais tout aussi troublant: Un beau mur lisse, peint avec talent, en pleine rue Quincampoix, cachant un transformateur gigantesque d'EDF... Toutes ces façades sont en réalité des trompe-l'oeil, réalisés au siècle dernier. Le nombre total est peu connu, malgré de nombreuses compilations, comme celle de wikipediaDes théories conspirationnistes vont même jusqu'à affirmer que ces immeubles sont des puits sans fond ayant englouti plus d'un curieux visiteur... à bon entendeur!Retrouvez toutes les visites insolites à Paris sur Cariboo - Paris!

Articles récents

Marseille - Un quartier : Endoume

Marseille - Un quartier : Endoume

Une mosaique de quartiers compose Marseille. Du nord au sud de la ville, vous passerez de quartiers en quartiers en découvrant les noms de ces anciens petits villages agglomérés pour constituer la seconde ville de France. Au centre de la ville, en prenant la longue corniche Kennedy qui joint le Pharo aux plages du Prado, vous traverserez le quartier d'Endoume. Ambiance petit village de pêcheurs avec accès direct à la mer. Les petites ruelles fleuries cheminent à travers le quartier et vous font parvenir à des criques isolées idéales pour la bronzette ou la contemplation. Endoume se compose d'une partie haute, autour de son église. Un bus vous y amènera du centre-ville. Faites un tour dans un des quartiers les plus authentiques du centre-ville. Descendez vers la mer. Vous arriverez alors vers l'anse de Malmousque et celle de Maldormé. Un petit port de carte postale, des rochers très fréquentés en été mais déserts au petit matin et plus calmes en début de soirée, le cadre est parfait. L'horizon se déploit devant vous et l'odeur des bougainvilliers de jardins voisins emplissent vos narines. Dans votre dos, des cabanons aux volets colorés. Les plus fougueux envisageront de rejoindre les îles du Frioul à la nage mais se retrouveront bien essouflés sur le rocher des pendus ! Dépaysement assuré en plein coeur de Marseille. La légion étrangère y a installé ses quartiers, tout comme le CNRS. Tout le reste des lieux est à vous. Le Vallon des Auffes plus au nord vaut le coup d'oeil également. Petit port de pêche plus touristique, encaissé sous un pont, l'eau est cristalline et les cabanons de pêcheurs prennent vie lorsque ceux-ci reviennent du large. Vous voulez du pittoresque, vous en avez. Non loin de là enfin, le monument aux morts d'Orient fait face au large, le regard posé sur la rive voisine de la méditerranée, si loin et si proche à la fois. Plus d'informations sur : http://www.endoume.fr/ Pour une baignade optimale, privilégiez Malmousque à Maldormé. L'eau à Maldormé est souvent très froide et le soleil disparaît en fin de journée en raison de l'exposition de la plage. Article initialement publié sur Guides face b

Chave, bien plus qu'un boulevard

Chave, bien plus qu'un boulevard

En plein coeur de Marseille, long d'1,5 km, le boulevard Chave est une artère qui relie la gare de la Blancarde à la place Jean Jaurès, également connue des marseillais comme "La Plaine". Son nom provient de l'urbaniste André Chave qui développa ce quartier au XIXème siècle. Cher au coeur des marseillais d'autrefois de par la présence du fameux tramway 68, ce boulevard présente aujourd'hui un réel attrait pour toute une jeune population, désireuse de vivre en plein coeur de la ville, tout en maintenant une vie de quartier. Le boulevard Chave traverse un quartier qui historiquement, tient un rôle important pour la cité phocéenne. Jugez plutôt : le quartier du Camas vit naître Fernandel, au numéro 72, et Marcel Pagnol y passa une bonne partie de son enfance en famille (photo) à quelques rues de là. C'est au final tous les symboles de la culture provençale qui s'y retrouvent. Au numéro 19 se trouvait également un théatre aujourd'hui disparu, où Joseph Pujol, connu sous son nom d'artiste comme "le pétomane" fit ses premiers pas (oui oui) dans la première partie du XXème siècle. Il y existait autrefois également une prison, qui ferma ses portes à la fin des années 1950. Lorsque l'on arrive du centre-ville ou des grands boulevards, c'est le calme qui frappe sur ce boulevard et qui tranche avec le brouhaha toujours présent dans la ville. Le développement récent de ce quartier est bien sûr dû au nouveau tramway qui limite la circulation automobile et apporte comme dans toute autre ville où un tramway est mis en place, un certain cachet au lieu. Tout au long du boulevard, des petits commerces variés se succèdent et les riverains semblent attachés à cet aspect : le lien entre habitants et commercants est tenace et la convivialité est de mise. Il existe un réel esprit de village dans ce quartier, un vrai sentiment de proximité avec des commercants honnêtes et proposant des produits de qualité (quelques tuyaux vous sont donnés en bas de cet article). La récente arrivée de nombreuses jeunes familles traduit l'engouement autour de ce coin et permet le développement de commerces nouveaux. Le regain d'activité est notoire et la vie gagne en qualité. Selon les jours, les amateurs pourront parcourir les allées colorées et bruyantes du marché de la Plaine (mardi, jeudi et samedi) ou celui plus petit de la place Sebastopol (lundi, mercredi et vendredi). Enfin, la proximité du Cours Julien (5 min. tout au plus) n'enlève rien à l'intérêt du lieu, pour les personnes intéressées par la vie nocturne et culturelle marseillaise. Un prochain passage à Marseille vous permettra donc d'expérimenter cet endroit et ses alentours. Prenez le temps d'y passer et de rester un moment à l'ombre de platanes, vous pourrez alors prendre le pouls du boulevard et apprécier cette ambiance que le Pagnol enfant d'autrefois et ce minot remuant d'aujourd'hui ont en commun. Article initialement publié sur Guides face b

Mais d'où vient le nom de la Belle de Mai ?

Mais d'où vient le nom de la Belle de Mai ?

La Belle de Mai est un quartier populaire, situé dans le 3ème arrondissement, autrefois très industrialisé car dépendant du port de la Joliette. Les dockers s'y installent tout au long du XIX ème siècle, à proximité directe d'une raffinerie de sucre et d'une fabrique d'allumettes. En 1868, une manufacture de tabac voit ensuite le jour en lieu et place de la raffinerie de sucre. La population du quartier est alors majoritairement immigrée, italienne et très pauvre. Confrontées à une réalité sociale et économique difficile depuis la fermeture successive des différentes industries locales, les initiatives locales se multiplient aujourd'hui, pour la réhabilitation du quartier. Son attractivité n'est désormais plus à remettre en question, de par la présence notamment de pôles culturels prédominants comme la Friche Belle de Mai, les archives municipales ou l'ancien théatre devenu cinéma, le Gyptis. La Belle de Mai est également le quartier de naissance de l'artiste César, dont le célèbre pouce sculpté se trouve dans le sud de la ville. Mais alors, d'où vient le nom de ce quartier ? Autrefois, à chaque printemps, se tenait une foire au cours de laquelle avait lieu un concours de beauté où l'on élisait la "Belle de Mai". Cette tradition est restée ancrée dans les mémoires et a donné son nom au quartier. Simple et poétique ! Crédit photo : JR Article initialement publié sur le Petit Lexique du Marseille insolite

Petite histoire de la pizza à Marseille

Petite histoire de la pizza à Marseille

Pour la plus napolitaine des villes françaises, quoi de plus naturel que d'avoir érigé la pizza en symbole de la cuisine marseillaise ? Marseille et la pizza, c'est une histoire d'amour qui commence au tout début du XXème siècle, lorsque les immigrés napolitains représentent plus de la moitié de la population de la ville. Apportant avec eux leur mode de vie, ils ouvrent les premières pizzerias et fondent ainsi une vraie tradition gastronomique perpétuée aujourd'hui par des établissements installés depuis plusieurs décennies, tout comme de jeunes restaurateurs audacieux et novateurs. C'est un fait. Chaque marseillais aura son adresse préférée. Chaque marseillais a son camion-pizza préféré. Chaque marseillais a un jour cédé à la tentation de déguster une part encore brûlante chez Charly dans le quartier Noailles. Chaque marseillais a sa pizza préférée, crème ou tomates, aux figatellis ou arménienne. A moins que ça ne soit la provençale "moitié anchois-moitié fromage". Toute l'histoire et l'identité de la ville se retrouvent sur ce bout de pâte. La pizza marseillaise est généreuse, bien garnie, créative. Comment servir une pizza autre que généreuse à des gens dont le coeur est aussi riche qu'une 4 fromages ? Si elle n'est pas généreuse rien qu'au premier regard, tournez les talons. Qu'on se le dise, la ville est la championne de France des camions-pizza. Il y en a dans tous les quartiers. Pourtant limités à une cinquantaine par décret municipal, on les voit s'installer en début de soirée comme dans un ballet et une légère odeur de feu de bois se diffuse dans les rues. Côté adresses : la Pizzeria La Bonne Mère Marseille Vauban est une adresse réputée pour déguster une des meilleures pizzas de la ville. Produits frais de qualité, fromages AOC et saveurs ensoleillées assurées. Pour la petite histoire, le couple de propriétaires a vécu à Naples, ce qui apporte encore un gage de qualité. Les institutions comme Chez Etienne Pizzeria Cassaro dans le Panier, chez sauveur marseille ou Pizzeria Chez Picone sur la Canebière ne sont plus à présenter et méritent d'être essayées tour à tour. Même sans faim, un vrai napolitain vous confirmera qu'un pizza se mange sans fin. Alors un peu de courage, vous avez le déjeuner ET le dîner. Bien évidemment, j'en parlais plus haut, comment ne pas évoquer Charly Pizza ? Incontournable depuis 1962, on s'y rassasie pour quelques euros, à la part, au quart, au tiers ou à la moitié. Indémodable et inévitable dans le coeur des marseillais. En plein coeur du "ventre de Marseille", on y façonne pas moins de 400 pizzas par jour. Preuve en est encore une fois (et n'en déplaise à Nice) que Marseille est bien un petit morceau d'Italie niché au coeur de la Provence. Cela ne se ressent pas que dans le mode de vie, ne se lit pas seulement que sur les sonnettes de toute la ville ou ne se traduit pas seulement par les couleurs des façades du Panier. Cela se ressent également dans l'assiette, voire dans votre estomac, puisque vous aurez déjà pris soin d'y goûter le temps d'avoir fini de lire cet article. Les adresses à conseiller sont trop nombreuses. Fiez-vous à votre instinct et laissez parler vos sens. Des Goudes à l'Estaque, ce sera le repas parfait pour vos soirées d'été. Article initialement publié sur le Petit Lexique du Marseille insolite

S'inscrire avec Google

- ou -


- ou -